Indonésie : au moins 373 morts et 128 disparus après le tsunami, les secours cherchent toujours des survivants

L'Anak Krakatoa est entré en éruption samedi soir peu après 21 heures locales, 24 minutes avant que le tsunami ne frappe les côtes indonésiennes.

Des policiers indonésiens recherchent des survivants après le passage d\'un tsunami, à Carita (Indonésie), le 24 décembre 2018.
Des policiers indonésiens recherchent des survivants après le passage d'un tsunami, à Carita (Indonésie), le 24 décembre 2018. (SONNY TUMBELAKA / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le bilan du tsunami provoqué par une éruption volcanique en Indonésie s'est encore alourdi. Il est désormais de 373 morts, 128 disparus et 1 459 blessés, annonce lundi 24 décembre l'Agence nationale de gestion des catastrophes.

>> Indonésie : ce que l'on sait du tsunami qui a balayé les rivages du détroit de la Sonde

La vague a touché, samedi soir, les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de Java, rasant des centaines de bâtiments. Elle est survenue après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa.

Les secouristes à la recherche de survivants. La catastrophe a déjà fait 373 morts, plus d'un millier de blessés et 128 disparus, selon un nouveau bilan rendu public dans l'après-midi lundi. "L'armée et la police passent les ruines au peigne fin pour voir s'il y a d'autres victimes", a expliqué un haut responsable de l'Agence nationale de gestion des catastrophes indonésienne. Les opérations de secours devraient durer une semaine. 

Risque d'un nouveau tsunami. Les spécialistes estiment que l'épisode de samedi est dû à l'effondrement sous-marin d'une partie de l'Anak Krakatoa et préviennent que ce phénomène peut se reproduire à présent que le volcan est déstabilisé. Les autorités ont prévenu donc les habitants et les touristes des régions riveraines du détroit de la Sonde, qui sépare Java et Sumatra, de ne pas s'approcher des plages et que l'alerte forte marée restait en vigueur jusqu'à mardi.

 De très nombreux dégâts. Le tsunami a laissé derrière lui un paysage de désolation, entre les arbres déracinés, toits arrachés, morceaux de bois et détritus divers. La plage de Carita, destination touristique courue de la côte occidentale de Java, est jonchée de débris.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #INDONESIE

14h40 : Le nombre de personnes déplacées par le tsunami s'est réduit, de près de 11 500 à 5 361, car un certain nombre d'entre elles ont pu rentrer chez elles.

15h07 : Dans un plus long communiqué sur Facebook, les sauveteurs expliquent avoir pu atteindre aujourd'hui des communes qui restaient inaccessibles jusque-là à cause des dégâts subis par les routes. Ils ont aussi décompté 681 logements et 69 hôtels et villas endommagés.

14h33 : Voici quelques images qui illustrent la désolation dans les villes où les sauveteurs recherchent aujourd'hui des survivants, ici à Carita et Sumur, sur l'île de Java.








(ADEK BERRY / AFP)

14h36 : Les secours indonésiens "continuent de trouver des victimes", expliquent-ils sur Twitter, à mesure que les recherches se poursuivent. Jusqu'ici, 281 morts avaient été décomptés. Le nouveau bilan fait aussi état de 1 459 blessés. Il est, bien entendu, provisoire et pourrait s'alourdir.

14h24 : Le bilan du tsunami de samedi en Indonésie atteint désormais 373 morts et 128 disparus.

12h38 : L'Indonésie fait face au risque d'un second tsunami, après la première vague qui a frappé samedi l'archipel, causant la mort d'au moins 281 personnes. "Le risque de tsunami dans le détroit de la Sonde restera élevé tant que le volcan sera dans sa phase d'activité actuelle", explique à franceinfo David Rothery, géologue. "Il est susceptible de déclencher d'autres glissements de terrain sous-marins" – ce qui semble déjà être l'origine du tsunami de samedi.

12h30 : "L'eau est arrivée par là avec un bruit de vent, 'wouch' (...). J'étais sous le choc. Je ne m'y attendais pas du tout, il n'y a pas eu d'alerte."

Cet homme de 42 ans a été témoin du tsunami qui s'est abattu sur l'Indonésie, samedi. Il s'est mis à courir avec sa famille vers les hauteurs du village de Sukarame, sur la côte est de Java, n'emportant que ses vêtements. Lui en a réchappé, mais plusieurs habitants de son village ont péri.

12h25 : "Les besoins sont absolument colossaux (...). Concrètement, les personnes sur place ont besoin d’abris, de nourriture, de vêtements..."


Les ONG sont à pied d’œuvre en Indonésie, après le tsunami qui a fait au moins 281 morts, samedi. Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire, lance un appel aux dons sur franceinfo. Si vous êtes intéressé, vous pouvez donner via le site internet SecoursPopulaire.fr ou au téléphone, en composant le 9 22 22.

12h08 : Vos journaux s'intéressent aussi au tsunami qui a lourdement frappé l'Indonésie samedi soir (au moins 281 morts), le deuxième en moins de trois mois. Les dernières informations à ce sujet sont disponibles dans notre direct et des images des dégâts ont été compilées par ici.



07h14 : Le tsunami qui a frappé soudainement samedi l'archipel a fait 281 morts, plus d'un millier de blessés et 57 disparus, selon un nouveau bilan présenté aujourd'hui. Un précédent bilan faisait état de 222 morts. "Le nombre de victimes va continuer à augmenter", a par ailleurs prédit un porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes.

(ADEK BERRY / AFP)