VIDEO. Népal : les faubourgs et villages reculés de la capitale tentent de sauver ce qu'ils peuvent

France 2 est allée dans des zones totalement inaccessibles en voiture, comme Bhaktapour à 13 kilomètres à l'est de la capitale Katmandou. Il faut marcher pour y accéder

HUGO CLEMENT, RAPHAELLE DUROSELLE et ARNAUD GIDON - FRANCE 2

Plusieurs milliers d'habitants de la capitale népalaise cherchent à quitter Katmandou pour leurs villages d'origine, plus de quatre jours après le séisme dévastateur qui a détruit la ville et fait plus de 5 000 morts dans le pays. Des files d'attente se forment dans les grandes artères de Katmandou pour prendre les transports collectifs vers les villages reculés. France 2 a fait une partie du voyage avec quelques sinistrés.

Des zones totalement inaccessibles en voitures

Le constat est le même que dans la grande ville népalaise, les faubourgs sont aussi détruits et les routes recouvertes de débris. Des zones totalement inaccessibles en voitures, comme Bhaktapour à 13 kilomètres à l'est de la capitale Katmandou. Il faut marcher pour y accéder. Les secouristes, peu nombreux sur les lieux, sont aussi peu équipés. Dans d'autres villages plus reculés, secours ou organisations humanitaires n'y sont même pas encore arrivés. Les villageois, eux-mêmes, tentent de sauver ce qu'ils peuvent

Vues des destructions par hélicoptère de Dhadingbesti (Népal), le 29 avril 2015 
Vues des destructions par hélicoptère de Dhadingbesti (Népal), le 29 avril 2015  (MANISH SWARUP / AP / SIPA)