Philippines : la tempête Washi a fait un millier de morts et de disparus

Le président des Philippines, Benigno Aquino, s'est rendu dans les deux villes du sud du pays qui ont payé le plus lourd tribut humain et matériel.

Un prêtre bénit les cercueils de victimes des inondations, au cimetière d\'Iligan, le 20 décembre 2011.
Un prêtre bénit les cercueils de victimes des inondations, au cimetière d'Iligan, le 20 décembre 2011. (TED ALJIBE / AFP)

Les Philippines comptent leurs morts après le passage de la tempête Washi, qui a balayé le sud du pays ce week-end. Le dernier bilan officiel, communiqué mardi 20 décembre, se monte à 957 morts et 49 disparus, selon l'Organisme national de prévention des catastrophes. Un bilan qui augmente à mesure que les corps des habitants emportés par les flots refont surface.

Le président des Philippines, Benigno Aquino, s'est rendu à Cagayan de Oro et à Iligan, sur l'île de Mindanao. Ces villes portuaires ont payé le plus lourd tribut humain et matériel à ces intempéries, fréquentes dans le nord des Philippines mais inhabituelles dans le sud.

"Je vous promets que le gouvernement vous aidera à reconstruire vos maisons, a déclaré le président aux sinistrés, mais en échange, vous devez vous engager à ne pas retourner là où vos vies sont constamment menacées." Une allusion aux habitations sauvages et misérables érigées par les plus pauvres sur des terrains proches de cours d'eau, à la merci d'une brusque montée des eaux.

Près de 300 000 déplacés

Benigno Aquino a promis de rétablir au plus vite les infrastructures, ponts, routes et canalisations, de reloger les sinistrés et d'installer des appareils de mesure de cote dans les principaux fleuves et rivières de la région. Cagayan de Oro et Iligan ont compté respectivement 579 et 279 victimes, en majorité des habitants de bidonvilles situés sur la côte, surpris dans leur sommeil et emportés par les vagues.

Des villages entiers ont été balayés par les inondations, des routes et des ponts ont été détruits, jetant en pleine nuit des dizaines de milliers de personnes à la rue, sans vêtements ni nourriture. Plus de 284 000 personnes ont été déplacées, dont 42 000 ont été accueillies dans des centres d'hébergement publics.