Palaos, joyau océanique du Pacifique Nord

La République de Palaos, petit archipel de 21.000 habitants situé au large des Philippines, de l'Indonésie et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, vient de voir un de ses sites naturels inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco. Pour l'archipel, qui vit de tourisme, d'agriculture et de pêche, le respect de l'environnement est essentiel.

L\'île de Palaos (Micronésie)
L'île de Palaos (Micronésie) (Reinhard Dirscherl)

En 2009, ce petit Etat insulaire a créé le premier sanctuaire mondial des requins, une espèce menacée d'extinction, victime de la pêche illégale à travers le monde. Depuis cette date, leur pêche est interdite dans toute la zone économique de la République, soit 970.000 kilomètres carré.

A la tribune des Nations unies, son président Johnson Toribiong a plusieurs fois mis en garde contre les risques d'extinction de l'espèce, s'appuyant sur des études qui montrent que les requins sont plus rentables économiquement comme attraction touristique que mijotés dans un bol de soupe. Prenant exemple sur Palaos, le Honduras et les Maldives ont eux aussi établi dans leurs eaux un sanctuaire pour les requins.

CARTE PALAOS
CARTE PALAOS (AFP/ FTV)


La République de Palaos (aussi appelée Palau ou Belau), située à 800 km à l'est des Philippines, regroupent près de 300 îlots et 26 îles. Elle se compose de six archipels qui englobent la partie occidentale des îles Carolines que Palau partage avec les Etats fédérés de Micronésie

L’archipel dispose de l’un des niveaux de vie les plus élevés du Pacifique (soit un PIB par habitant d'environ 6.700 euros en 2008). Si l’Etat demeure le principal employeur, les autorités gouvernementales se sont engagées dans une diversification de l’économie. La conchyliculture et la pêche constituent toujours des secteurs prioritaires de développement.

Le secteur du tourisme se développe rapidement et contribue à la croissance économique. Avec 93.000 visiteurs en 2007, Palaos, paradis des plongeurs, est une destination prisée des Japonais, Taïwanais, Coréens et Américains. Après la récession de 2009, l’économie s’est stabilisée en 2010, avec une légère reprise en 2011, grâce à une augmentation du nombre de touristes et des vols à destination de l’île.

"Palau, la république de Corail"

blanchardmartin, le 21 août 2009


Patrimoine mondial de l'Unesco
En juin 2012, le site du Lagon sud des îles Chelbached, constitué de 445 îlots calcaires inhabités sur une étendue de 100.200 hectares, a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. D’origine volcanique, ces îlots ont souvent la forme de champignons entourés de lagons couleur turquoise et de récifs coralliens.

Le site représente la plus grande concentration de lacs marins du monde. Ces masses d’eau de mer, isolées de l’océan par une barrière terrestre, se traduisent par un foisonnement qui devrait déboucher sur la découverte de nouvelles espèces.

La beauté du site est renforcée par un système complexe de récifs comptant 385 espèces de coraux et différents types d’habitat. Ces derniers hébergent une grande variété de plantes, d’oiseaux et d’animaux, notamment des dugongs et au moins 13 espèces de requins.

Les vestiges des villages en pierre, ainsi que l’art rupestre et les sépultures, apportent un témoignage exceptionnel sur l’organisation des communautés des petites îles pendant plus de trois millénaires. L’abandon des villages des îles Chelbacheb aux XVIIe et XVIIIe siècles illustre les conséquences du changement climatique, de l’essor démographique et du comportement de subsistance dans une société vivant dans un environnement marin marginal.