Nouvelle-Zélande : des parents refusent que leur bébé malade reçoivent du sang de personnes vaccinées contre le Covid-19

Les autorités sanitaires ont demandé à la justice de leur confier la garde partielle du bébé pour "l'intérêt de l'enfant".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un panneau devant un centre de vaccination contre le Covid-19, à Auckland, la capitale de la Nouvelle-Zélande, le 25 août 2021. (MAXPPP)

Les autorités néo-zélandaises ont demandé, mardi 6 décembre, à la justice de leur confier la garde d'un bébé dont les parents s'opposent à une opération chirurgicale destinée à lui sauver la vie. La raison : ils craignent qu'ils ne reçoivent du sang provenant de donneurs vaccinés contre le Covid-19. Elles affirment avoir saisi la justice "en tenant compte du meilleur intérêt de l'enfant" et après de "longues conversations" avec la famille.

Le nourrisson de quatre mois souffre selon sa mère de sténose valvulaire pulmonaire, un problème cardiaque nécessitant une intervention chirurgicale. Sauf que l'intervention a été retardée car les parents exigent que le sang qui pourrait être transfusé à l'enfant provienne de donneurs n'ayant reçu aucun vaccin à ARN messager contre le Covid-19.

Leur demande a été rejetée, les hôpitaux de Nouvelle-Zélande ne séparant pas le sang donné par des personnes vaccinées de celui des non-vaccinés, aucune des deux catégories ne présentant plus de risques que l'autre. Si le tribunal accède à la demande des autorités sanitaires, les parents conserveront leur autorité sur l'enfant sauf pour ce qui a trait aux soins médicaux. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.