Cet article date de plus de cinq ans.

Moussa, l'humanitaire français emprisonné au Bangladesh, n'a finalement pas été libéré

Moussa Ibn Yacoub s'était rendu au Bangladesh pour venir en aide à des réfugiés Rohingyas, une minorité musulmane venue de Birmanie. Il est incarcéré depuis plusieurs semaines pour "activités suspectes".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du site internet de l'association Baraka City, pour laquelle travaille l'humanitaire arrêté au Bangladesh. (BARAKACITY.COM)

Il est emprisonné au Bangladesh depuis trois semaines pour "activités suspectes". Moussa Ibn Yacoub, un Français membre de l'ONG musulmane Baraka City, a finalement été maintenu en détention, indiquent mercredi 13 janvier les autorités locales et l'association, deux jours après l'annonce de sa libération.

"Nous sommes complètement déconcertés par ce nouveau rebondissement, qui nous laisse sans voix", a réagi l'association sur son compte Facebook, suivi par près de 650 000 personnes. Au moment de "lever l'écrou de Moussa", a également raconté Samim Bolaky, l'avocat de l'association, "nous [avons constaté] que l'ordonnance de mise en liberté [avait] été vulgairement raturée à la main, emportant son annulation". Une décision qu'il a qualifiée de "mascarade judiciaire".

Moussa Ibn Yacoub s'était rendu au Bangladesh pour venir en aide à des réfugiés Rohingyas, une minorité musulmane venue de Birmanie, lorsqu'il a été arrêté le 22 décembre à un check-point et incarcéré dans des conditions "catastrophiques", selon l'ONG, basée à Courcouronnes (Essonne). La raison : son nom d'usage musulman, adopté lors de sa conversion à l'islam, différait de celui figurant sur ses papiers officiels.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.