Cet article date de plus de six ans.

La combinaison jaune de Bruce Lee mise en vente aux enchères

La maison Spink espère retirer jusqu'à 1,1 million d'euros d'une mise en vente d'objets rares ayant appartenu au maître du kung fu, dont le légendaire costume qu'il a porté dans son dernier film, tourné en 1972.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un extrait du "Jeu de la mort" dernier film de Bruce Lee, tourné en 1972, mais sorti en 1978. (ARCHIVES DU 7EME ART / PHOTO12 / AFP)

L'ombre du plus célèbre des maîtres des arts martiaux va planer sur Hong Kong. A partir du jeudi 5 décembre, la célèbre combinaison jaune de Bruce Lee y sera mise aux enchères, pour célébrer les quarante ans de la mort du roi du kung fu. Le costume, que l'acteur sino-américain a porté dans son dernier film Le jeu de la mort, en 1972, fait partie d'une collection d'objets mis en vente par la maison britannique Spink, qui espère en tirer entre 1 million et 1,5 million de dollars, soit entre 740 000 euros et 1,1 million d'euros, comme l'explique le quotidien australien The Age.

La combinaison jaune rayée de noire est d'autant plus estimable qu'elle a été dessinée par Bruce Lee en personne. Ce costume très flexible était sensé être adapté à l'art martial mixte qu'il avait inventé, le Jeet Kune Do. Bien qu'elle soit un peu usée et que la fermeture éclair soit endommagée, elle pourrait être vendue 300 000 dollars (220 000 euros). Car elle est le dernier costume que Bruce Lee a porté dans ce film qu'il n'a jamais pu finir, l'acteur étant mort en 1973, avant la fin du tournage. Pourtant, Le jeu de la mort a fini par voir le jour en 1978, grâce à un remontage complet et à des doublures.

D'autres objets ayant appartenu au maître du kung fu pourrait également motiver les (riches) fans. Notamment un nunchaku que Bruce Lee utilisait très fréquemment pour s'entraîner, ou encore un pendentif en or blanc et en jade que le légendaire "dragon" avait lui-même dessiné quelques mois avant sa mort.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.