La Tour Eiffel illuminée aux couleurs de la Turquie

La saison de la Turquie en France se tient depuis cet été, et se poursuit jusqu’en mars 2010. Dans ce cadre, la Tour Eiffel est illuminée aux couleurs turques pendant 6 jours, jusqu’au 11 octobre. Une illumination ternie par la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

(Radio France ©RF/Mikaël Roparz)

Lancée le 30 juin par les ministres turc et français de la Culture, la Saison de la Turquie est marquée par des centaines d'événements culturels et économiques dans les grandes villes françaises.
Pour marquer le début de toutes ces animations, la Tour Eiffel a revêtu depuis mardi les couleurs du drapeau turc, le rouge et le blanc.
“A travers cette illumination que j'ai voulue, c'est l'amitié entre nos peuples ainsi que la diversité de nos liens que Paris a choisi de célébrer”, explique le Maire de Paris Bertrand Delanoë.

_ Mésentente cordiale

La France organise la saison culturelle de la Turquie en France, et dans le même temps, elle est opposée à son adhésion à l’Union européenne.
Ce qui complique la visite cette semaine du président turc à Paris.
Abdullah Gül plaidera pour la candidature de son pays à l'UE en réaffirmant que l'issue des négociations Turquie-UE entamées en 2005 doit rester ouverte.
Le président turc aura bien du mal à convaincre alors que son pays est une nouvelle fois montré du doigt dans un récent rapport annuel de la Commission européenne.
Bruxelles précise que dans certains domaines perdurent des insuffisances, comme dans ceux de la liberté d'opinion, la liberté de la presse.
Pour la commission, “la violence domestique, les crimes dits d'honneur et les mariages forcés sont encore un problème sérieux”.
Bruxelles déplore que la Turquie refuse toujours d'ouvrir ses ports et aéroports aux navires et avions chypriotes grecs malgré un ultimatum européen.

Malgré tout, le rapport souligne l'amélioration des relations avec l'Arménie notamment.
A une époque où l'Empire ottoman était sur le déclin,entre 1915 et 1917, plus d'un million d'Arméniens, chrétiens perçus comme une menace pour la sécurité de l'empire, avaient été tués par les forces ottomanes.
Et puis il y a aussi la question chypriote. L’île est divisée depuis 1974 après l'invasion de la partie nord du pays par l'armée turque.

Ce rapport annuel de la commission européenne sera présenté le 14 octobre.

Mikaël Roparz