LA PHOTO. Malaisie: Noël, la fête chrétienne, est célébrée en grande pompe

La Malaisie est un pays multiconfessionnel à majorité musulmane (60%). Sa population se compose de Malais (60%), de Chinois et d’Indiens. Le bouddhisme, le taoïsme, l’hindouisme et le christianisme y sont pratiqués. Si officiellement, les musulmans et les bouddhistes ne célèbrent pas Noël, à Kuala Lumpur, capitale réputée pour son dynamisme économique, la fête y est célébrée à grands frais.

Certains pays musulmans interdisent la célébration de Noël. A Brunei, petit Etat enclavé dans l’Etat malaisien du Sarawak, les musulmans qui enfreignent la loi risquent cinq ans d’emprisonnement. Mais en Malaisie, rien ne les empêchent de le fêter comme un événement culturel ou une fête nationale, au même titre que la fin du Ramadan ou le célèbre Dipavali, la fête des lumières en Inde. Chaque année, cela rapporte des millions de dollars aux immenses centres commerciaux de Kuala Lumpur décorés de mille sapins lumineux. Dans cette mégapole cosmopolite, pendant un mois, personne n’hésite à changer ses habitudes vestimentaires, culinaires et autres pour se mettre au diapason de cet événement. Le soir de Noël, si peu de citoyens se retrouveront à la messe de minuit, beaucoup seront au karaoké. 
Certains pays musulmans interdisent la célébration de Noël. A Brunei, petit Etat enclavé dans l’Etat malaisien du Sarawak, les musulmans qui enfreignent la loi risquent cinq ans d’emprisonnement. Mais en Malaisie, rien ne les empêchent de le fêter comme un événement culturel ou une fête nationale, au même titre que la fin du Ramadan ou le célèbre Dipavali, la fête des lumières en Inde. Chaque année, cela rapporte des millions de dollars aux immenses centres commerciaux de Kuala Lumpur décorés de mille sapins lumineux. Dans cette mégapole cosmopolite, pendant un mois, personne n’hésite à changer ses habitudes vestimentaires, culinaires et autres pour se mettre au diapason de cet événement. Le soir de Noël, si peu de citoyens se retrouveront à la messe de minuit, beaucoup seront au karaoké.  (Vincent Thian/AP/SIPA - Décembre 2016)
Illuminations à tous les étages des grands magasins. Certains pays musulmans interdisent la célébration de Noël. A Brunei, petit Etat enclavé dans l’Etat malaisien du Sarawak, les musulmans qui enfreignent la loi risquent cinq ans d’emprisonnement. Mais en Malaisie, rien ne les empêchent de le fêter comme un événement culturel ou une fête nationale, au même titre que la fin du Ramadan ou le célèbre Dipavali, la fête des lumières en Inde. Chaque année, cela rapporte des millions de dollars aux immenses centres commerciaux de Kuala Lumpur décorés de mille sapins lumineux. Dans cette mégapole cosmopolite, pendant un mois, personne n’hésite à changer ses habitudes vestimentaires, culinaires et autres pour se mettre au diapason de cet événement. Le soir de Noël, si peu de citoyens se retrouveront à la messe de minuit, beaucoup seront au karaoké.