Cet article date de plus de huit ans.

La Corée du Sud lance sa première fusée

La troisième tentative a été la bonne. La Corée du Sud a enfin réussi le 30 janvier 2013 le tir de sa fusée spatiale KSLV. Le pays ambitionne de devenir un leader de l'industrie du secteur. Au passage, elle lave l'affront subi le 12 décembre 2012, quand son voisin du nord a lancé sa fusée avant elle.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Corée a effectué son premier tir réussi d'une fusée spatiale le 30 janvier 2013 (FTV)
Pendant longtemps, Séoul a dû ronger son frein en matière spatiale. Les Etats-unis ne souhaitaient pas que leur allié se lance dans l'aventure, de peur d'alimenter une course à l'armement dans la péninsule coréenne. 

Au final, Pyongyang a tiré le premier. Fusée ou missile balistique, on ne sait trop, mais en tout cas la Corée du Nord a marqué les esprits en réussissant le 12 décembre dernier là où Séoul avait échoué à deux reprises. La pression était de taille sur les épaules des ingénieurs coréens. Le lanceur de 140 tonnes, de technologie russo-coréenne, s'est élevé de la base de Naro et a mis en orbite un petit satellite scientifique.

 


Un début. D'ici 2021, le régime de Pyonyang veut développer son propre lanceur, 100% coréen. Une fusée de trois étages qui pourra emporter une charge d'une tonne et demie. Actuellement, seulement trois pays asiatiques maitrisent la technologie spatiale: l'Inde, la Chine et le Japon.
 
Désormais, Séoul est entré dans la cour des grands. Aux vues de ses capacitées technologiques, nul doute que le pays deviendra rapidement un acteur majeur du secteur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.