Chine : la femme de Bo Xilai poursuivie pour meurtre

L'épouse de l'ancien responsable communiste est accusée d'avoir empoisonné l'homme d'affaires britannique Neil Heywood. 

Gu Kailai, l\'épouse de l\'ex-responsable communiste chinois Bo Xilai, est accusée d\'avoir empoisonné l\'homme d\'affaires britannique Neil Heywood.
Gu Kailai, l'épouse de l'ex-responsable communiste chinois Bo Xilai, est accusée d'avoir empoisonné l'homme d'affaires britannique Neil Heywood. (REX FEATURES / SIPA )

Rebondissement dans l'affaire Bo Xilai. La Chine a officiellement intenté une action en justice pour homicide volontaire contre Gu Kailai, la femme de l'ancien chef du Parti communiste (PCC) de la gigantesque municipalité de Chongqing, rapporte jeudi 26 juillet l'agence officielle Chine nouvelle.

Gu Kailai et l'un de ses domestiques sont accusés depuis plusieurs mois d'avoir empoisonné l'homme d'affaires britannique Neil Heywood. Ce dernier entretenait des liens étroits avec la famille de Bo Xilai. Selon Libération il "aurait servi d’homme de paille pour blanchir l’argent douteux de la famille Bo à l’étranger".

Une femme "intelligente, charismatique et attirante"

Avocate internationale et écrivain, Gu Kailai est une femme "intelligente, charismatique et attirante", selon les mots d'un journaliste chinois à l'AFP. Grande brasseuse d'affaires, Gu Kailai et son fils Bo Guagua avaient avec le Britannique "des conflits au sujet d'intérêts économiques, qui se sont intensifiés", selon Chine nouvelle.

Dans une dépêche, Reuters affirme que le businessman britannique aurait été empoisonné après avoir menacé de raconter comment Gu Kailai transférait de l'argent vers l'étranger.

Un Français, l'architecte Patrick-Henri Devillers, est également impliqué sans l'affaire. Il se trouve depuis la semaine dernière en Chine, où il doit être entendu comme témoin clé, et où il est pour le moment "théoriquement libre", selon des sources diplomatiques françaises.