Dijon : des manifestants pro-Turcs défilent dans la ville, la police les disperse avec du gaz lacrymogène

Ils étaient environ une soixantaine à défiler dans les rues dijonnaises, jeudi dans la soirée, brandissant des drapeaux turcs et criant "Allah Akbar". Plus tôt dans la semaine, des membres de la communauté turque ont défilé à Décines-Charpieu, près de Lyon, scandant des slogans hostiles aux Arméniens.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La manifestation s'est déroulée dans la soirée du jeudi 29 octobre 2020. (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène, jeudi 29 dans la soirée, contre une "grosse soixantaine" de membres de la communauté turque manifestant à Dijon (Côte-d'Or), a indiqué la préfecture, au lendemain d'une démonstration de force similaire près de Lyon.

"Il s'agit d'une manifestation, rien de plus", a précisé la préfecture, après la diffusion de vidéos sur Twitter montrant des dizaines de manifestants brandissant des drapeaux turcs et criant "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand", en arabe) dans le centre de Dijon.

Décines abrite le mémorial du génocide arménien

Les manifestants sont filmés brandissant le poing en défilant avant d'être repoussés par des tirs de gaz lacrymogène des forces de l'ordre, à proximité de la gare. Mercredi soir, les forces de l'ordre étaient déjà intervenues pour empêcher "plusieurs dizaines" de membres de la communauté turque d'en "découdre" avec des Arméniens à Décines-Charpieu, ville de la banlieue lyonnaise qui abrite le mémorial du génocide arménien, avait indiqué la préfecture du Rhône. Les manifestants scandaient des slogans pro-Erdogan et menaçaient de mort les Arméniens, selon Le Parisien.

Cette manifestation était intervenue après une tentative de blocage, mercredi matin, du péage de Vienne (Isère), au sud de Lyon, par des militants pro-Arménie qui souhaitaient alerter sur la guerre dans le Haut-Karabakh. Des hommes se revendiquant de la communauté turque ont fait irruption sur les lieux et la manifestation a dégénéré, faisant quatre blessés, dont l'un frappé à coup de marteau, qui a dû opéré d'urgence à l'hôpital. La préfecture de l'Isère avait simplement évoqué des "échauffourées" avec des automobilistes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.