Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Envoyé spécial. Les camgirls... nouvel eldorado de l'industrie du X ?

LittleRedBunny est une camgirl qui offre, contre rémunération, de vraies performances érotiques devant l'œil numérique de sa caméra. En chat privé, les hommes paient 5 euros la minute pour bénéficier du spectacle… Une mine d'or pour l'industrie du porno ? Extrait du magazine "Envoyé spécial" du 31 mars.

Voir la vidéo

Si l'industrie du porno s'est effondrée à cause des sites adultes gratuits, les camgirls sont bien le nouveau phénomène du sexe sur Internet. LittleRedBunny se connecte presque chaque soir à 18 heures devant sa webcam haute définition, où qu'elle soit, même en voyage d'affaires à Las Vegas…

En lingerie fine, la jeune femme s'installe sur le lit de sa chambre d'hôtel devant sa caméra et son écran d'ordinateur. Elle offre, contre rémunération, de vraies performances physiques en musique devant l'œil numérique. La jeune femme aux cheveux de feu joue à plein de sa souplesse d'ancienne danseuse classique et de mouvements plus érotiques…

Entre 40 000 et 50 000 euros de gains par mois

"Les hommes sont là pour regarder, et si je ne fais rien, ils me regardent en train de les regarder à attendre qu'il se passe quelque chose", affirme LittleRedBunny qui ne reste jamais bien longtemps en chat public. Elle enchaîne toute la nuit les entretiens privés, pornographiques et tarifés. "Je travaille avec plusieurs fuseaux horaires : Europe, Australie, Chine, Tokyo…" précise la camgirl mondialisée.

"Je continue à trouver ça excitant et je crois que les hommes le sentent à travers l'écran", dit la jeune femme, capable de travailler sept nuits par semaine et douze heures de suite. Sur les 5 euros la minute facturés, elle en touche 3, soit jusqu'à 2 000 euros de gains par nuit ou entre 40 000 et 50 000 euros par mois. Elle ne confirme pas ces chiffres, se contentant de reconnaître qu'elle gagne "plus qu'une serveuse et moins que Bill Gates".

Un extrait de "Camgirls : du sexe derrière l'écran", à voir dans "Envoyé spécial" le 31 mars 2016.

( CAPTURE ÉCRAN / ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)