Un sous-marin argentin porté disparu depuis 48 heures

Il naviguait dans l'Atlantique Sud, entre le port d'Ushuaia et la ville de Mar del Plata. Les militaires ont perdu contact avec lui depuis deux jours.

Le sous-marin argentin \"Ara San Juan\", près de Buenos Aires, en 2013.
Le sous-marin argentin "Ara San Juan", près de Buenos Aires, en 2013. (AP / SIPA)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La dernière communication avec l'appareil date de mercredi matin. Un sous-marin militaire argentin, avec 44 membres d'équipage à bord, est activement recherché, vendredi 17 novembre, a annoncé la Marine argentine. Il est porté disparu depuis 48 heures, alors qu'il naviguait dans l'Atlantique. "Nous n'avons pas encore pu le trouver ni avoir un contact, visuel ou par radar, avec le sous-marin Ara San Juan, dont le port d'attache habituel est la base navale de Mar del Plata", a déclaré lors d'une conférence de presse Enrique Balbi, porte-parole de la Marine. Il a appelé à "être prudents", car "on ne sait pas ce qui s'est passé, je ne veux pas dramatiser cette affaire".

Le sous-marin était parti il y a dix jours de Mar del Plata, ville située à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires, pour rejoindre Ushuaia (3 200 kilomètres au sud), où il a passé trois jours avant d'entamer le voyage de retour.

Problème de communication ?

Vendredi après-midi, les recherches, avec l'aide d'un avion, ont été lancées, mais elles n'ont rien donné car "elles ont eu lieu de nuit et dans des mauvaises conditions météorologiques dans la zone des opérations", selon le porte-parole. Un destroyeur et deux corvettes participent aussi aux recherches, menées au large de la Péninsule de Valdez (sud-est).

Une des hypothèses envisagées est un problème de communication : "Il y a pu y avoir un problème de batteries, par manque d'alimentation électrique", indique Enrique Balbi, niant des informations de presse évoquant un incendie et précisant que le sous-marin, en constatant la rupture de contact avec la terre, aurait normalement dû remonter à la surface, selon le protocole prévu.