A 5 ans, un Américain tue sa sœur avec le fusil offert par ses parents

Le drame s'est déroulé mardi dans le Kentucky, dans le centre-est des Etats-Unis. 

Capture d\'écran du site de la marque américaine Crickett, une enseigne vendant des fusils pour enfants. Un Américain de 5 ans a accidentellement tué sa sœur avec l\'un d\'eux. 
Capture d'écran du site de la marque américaine Crickett, une enseigne vendant des fusils pour enfants. Un Américain de 5 ans a accidentellement tué sa sœur avec l'un d'eux.  (CRICKETT / FRANCETV INFO)

Il jouait avec le fusil que ses parents lui avaient offert un an plus tôt. Un Américain de 5 ans a tué par balle sa petite sœur de 2 ans, dans leur maison du Kentucky (Etats-Unis), mardi 30 avril. Selon le médecin légiste du comté rural de Cumberland, il s'agit d'un accident.

Le fusil, un 22 long rifle spécialement conçu pour les enfants, était stocké dans le coin d'une pièce. Toujours selon le médecin légiste, les parents ne savaient pas qu'il restait une munition à l'intérieur. La maman des enfants, qui faisait le ménage dans la cuisine, était momentanément sortie sous le porche de la maison. "Elle a dit que pas plus de trois minutes s'étaient écoulées puis elle a entendu la détonation. Elle a couru dans la maison et a trouvé la petite fille", a-t-il expliqué à la télévision locale WKYT (en anglais). L'enfant, blessée à la poitrine, a été conduite à l'hôpital où elle est morte, a annoncé la police de l'Etat. Une autopsie est programmée dans la journée. 

Une carabine pour son cinquième anniversaire

"Ça fait partie de ces accidents insensés", poursuit le médecin légiste dans un autre média local, The Lexington Herald-Leader (en anglais). "Dans cette partie du pays, ce n'est pas rare qu'un enfant de 5 ans ait une arme ou qu'un parent lui en donne une." Il ajoute aussi que l'arme est "un petit fusil pour enfant, de marque Crickett. Le petit garçon avait l'habitude de tirer avec".

Un juge du comté local explique également que la pratique est courante chez les enfants. 

FRANCE 2

L'enfant avait reçu l'arme pour son anniversaire, en novembre. Le drame survient en plein débat national sur le port et la détention d'armes aux Etats-Unis, qui sont garantis dans la Constitution.