Etats-Unis : un ami du tueur de San Bernardino inculpé pour complot terroriste

Enrique Marquez est poursuivi pour avoir illégalement acheté deux fusils utilisés pendant l'attentat à San Bernardino.

Des journalistes devant la maison des auteurs de l\'attentat de San Bernardino, en Californie (Etats-Unis), le 4 décembre 2015, deux jours après.
Des journalistes devant la maison des auteurs de l'attentat de San Bernardino, en Californie (Etats-Unis), le 4 décembre 2015, deux jours après. (MARIO ANZUONI / REUTERS)

C'est un proche d'un des deux auteurs de la fusillade de San Bernardino, en Californie, qui a fait 14 morts. Enrique Marquez a été arrêté jeudi 17 décembre et inculpé par les autorités fédérales, pour des projets d'attentat en 2011 et en 2012. Agé de 24 ans, il était ami et voisin de Syed Farook, auteur avec sa femme, Tashfeen Malik, de l'attentat du 2 décembre, le plus meurtrier aux Etats-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001. 

D'après l'acte d'accusation, Enrique Marquez a déménagé en 2004 à Riverside, à environ une heure de Los Angeles. Il habitait la maison voisine de celle de Syed Farook, qu'il a rencontré devant son garage. Syed Farook l'a "initié à l'islam", religion à laquelle il s'est converti en 2007, avant de se radicaliser à son contact.

Poursuivi pour l'achat de deux fusils utilisés pendant la tuerie

Enrique Marquez est poursuivi pour avoir illégalement acheté deux fusils utilisés pendant l'attentat à San Bernardino. La justice américaine lui reproche aussi d'"avoir trompé les services fédéraux de l'immigration en faisant un mariage blanc avec une femme de la famille de Farook". Il avait épousé une femme dont la sœur est mariée au frère de Syed Farook, une immigrée russe qui payait Enrique Marquez 200 dollars par mois.

"Bien qu'il n'y ait actuellement pas de preuve que Enrique Marquez ait participé à l'attentat du 2 décembre ou ait été au courant qu'il se préparait, son achat de deux armes à feu et le fait qu'il n'ait pas prévenu les autorités du projet de Farook de commettre un crime de masse ont eu des conséquences fatales", affirme la procureure fédérale du centre de la Californie. 

Enrique Marquez a été déféré devant un tribunal fédéral de Riverside. Il risque quinze ans maximum pour les accusations de terrorisme, dix ans pour les deux autres chefs d'accusation. Une nouvelle audience lundi doit examiner la possibilité de le libérer sous caution. Il devra ensuite plaider ou non coupable le 6 janvier.