Texas : l'exécution d'Hank Skinner suspendue

Ce Texan devait être exécuté mercredi. La cour d'appel du Texas accepte d'examnier un recours demandant des tests ADN.

Hank Skinner donne une interview depuis un parloir de sa prison à des journalistes du Texas le 20 janvier 2010.
Hank Skinner donne une interview depuis un parloir de sa prison à des journalistes du Texas le 20 janvier 2010. (ZUMA PRESS/MAXPPP)

Hank Skinner ne sera pas exécuté mercredi 9 novembre. La cour d'appel du Texas a suspendu lundi l'exécution de ce condamné à la peine capitale de 49 ans, marié à une Française, le temps d'examiner un recours de ses avocats demandant des tests ADN qui, selon eux, l'innocenteraient.

Accusé d'un triple meurtre qu'il a toujours nié avoir commis, Hank Skinner a déjà passé 16 années dans le couloir de la mort. Depuis plus de dix ans, il réclame des tests ADN pour prouver son innocence, sur des éléments de preuve qui n'ont jamais été analysés. Selon Le Monde, l’Etat du Texas a déjà fait savoir que quels que soient les résultats des analyses ADN, cela ne remettrait pas en cause la culpabilité de Skinner.

Cocktail de médicaments et vodka

Hank Skinner n'a jamais nié être sur la scène du crime, mais il affirme avoir ingurgité un cocktail de médicaments et de vodka qui le mettait dans l'incapacité de commettre le meurtre de son ex-compagne et des deux fils de cette dernière.

Les avocats de Skinner désignent un suspect : l'oncle d'une des victimes, Robert Donnell. Selon les avocats, des indices sur les lieux du crime pointent vers cet homme, qui a déjà fait de la prison. Le Point souligne néanmoins que Robert Donnell, qui a trouvé la mort dans un accident de voiture en 1997, n'a jamais été considéré comme suspect.

Francetv info