Procès "Air Cocaïne" : quatre Français condamnés à 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue

Les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le passager Nicolas Pisapia et l'apporteur d'affaires Alain Castany ont été condamnés pour trafic de drogue.

Des soutiens des deux pilotes impliqués dans l\'affaire \"Air Cocaïne\" manifestent, le 19 avril 2014 à Lyon (Rhône).
Des soutiens des deux pilotes impliqués dans l'affaire "Air Cocaïne" manifestent, le 19 avril 2014 à Lyon (Rhône). (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

La condamnation est tombée. Quatre Français ont été condamnés vendredi 14 août à des peines de 20 ans de prison en République dominicaine pour trafic de drogue, a annoncé le tribunal de Saint-Domingue, à l'issue des délibérations.

Les pilotes Pascal Fauret et Bruno Odos, le passager Nicolas Pisapia et l'apporteur d'affaires Alain Castany avaient été arrêtés dans la nuit du 19 au 20 mars 2013, alors qu'ils s'apprêtaient à décoller de l'aéroport de Punta Cana (est) à bord d'un Falcon 50 où se trouvaient 680 kg de cocaïne, répartis dans 26 valises.

Quatre Dominicains condamnés

Ils ont été reconnus vendredi "coupables du crime d'association en vue de (...) posséder des drogues illicites", a lu la secrétaire du tribunal à l'issue des délibérations qui ont duré 10 heures. Sur les 10 Dominicains poursuivis pour complicité dans cette affaire, six ont été acquittés, quatre autres écopant de peines allant de cinq à 10 ans de prison.

L'avocate des pilotes français, Maitre Maria Elena Gratereaux, a immédiatement annoncé qu'elle ferait appel, de même que Nicolas Pisapia. Alain Castany a lui quitté la salle immédiatement après la lecture de la décision. Les quatre Français, qui comparaissaient libres après 15 mois de détention provisoire, le resteront jusqu'à ce que la sentence soit définitive, mais ne pourront pas quitter la République dominicaine. Ils ont toujours clamé leur innocence.

Dans leurs plaidoiries, les avocats des quatre hommes avaient tous demandé leur acquittement, alléguant que rien ne prouvait qu'ils savaient que de la drogue se trouvait à bord de l'avion.