Cet article date de plus de neuf ans.

Présidentielle américaine : les républicains accusés d'écarter les électeurs démocrates du vote

De nombreux Etats tenus par le parti républicain ont récemment fait passer des mesures très ciblées restreignant l'accès au vote.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le gouverneur du Texas et candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine Rick Perry, le 16 décembre 2011 à Cherokee, dans l'Iowa (Etats-Unis). (JIM YOUNG / ETATS-UNIS)

Pour gagner l'élection présidentielle américaine, certains élus républicains semblent adopter une technique aussi simple qu'efficace : écarter du vote les électeurs du camp opposé. Plusieurs Etats tenus par le parti républicain ont récemment mis en place une série de lois restreignant les conditions d'accès au vote. Des mesures qui pèsent essentiellement sur les jeunes et les minorités, davantage susceptibles de voter démocrate. 

Un rapport du Brennan Center for Justice, un institut de l'Université de New York, notait ainsi en octobre que 14 Etats, majoritairement républicains et dont cinq sont parmi les plus stratégiques pour l'élection de 2012, avaient adopté des textes restrictifs. 

Des mesures qui touchent le coeur de l'électorat démocrate

Près de 5 millions de votants pourraient être concernés. Or, explique le Brennan Center, "ces nouvelles restrictions pèsent le plus lourdement sur les jeunes, les minorités et les personnes à bas revenu. [...] Cette série de changements pourrait sérieusement affecter le terrain politique de l'élection en 2012."

Par exemple, certains Etats ont décidé de n'autoriser à voter que les citoyens possédant des papiers d'identité émis par le gouvernement, comme un passeport ou un permis de conduire, par opposition à d'autres pièces d'identité couramment utilisées aux Etats-Unis, comme les cartes d'étudiants universitaires. Une condition que ne remplissent pas beaucoup de jeunes ou de minorités.

Une "campagne organisée et sans précédent"

A un an de l'élection et alors que le 3 janvier sera donné le coup d'envoi des primaires républicaines dans l'Iowa, les voix s'élèvent dans les médias pour dénoncer ces mesures. Le magazine Rolling Stones n'hésite pas à parler de "guerre du vote républicaine", tandis que le New York Times accuse ouvertement dans un éditorial daté du 26 décembre les républicains de vouloir "restreindre les droits électoraux de groupes démographiques qui tendent à voter démocrate".

Malgré la réticence de l'Etat fédéral américain à s'immiscer dans la politique des Etats, Washington a du taper du poing sur la table face à certains excès. Vendredi 23 décembre, le ministère de la Justice a bloqué une loi électorale votée en Caroline du Nord, une initiative inédite depuis 1994, au motif qu'elle était discriminatoire.

Le parti républicain affirme que ces lois ont pour but de lutter contre la fraude électorale, bien que très peu de cas de fraudes aient été relevés dans le pays ces dernières années. Mais pour les leaders démocrates, il s'agit bien d'une "campagne organisée et sans précédent pour supprimer les composantes du vote démocrate qui ont élu Barack Obama en 2008", selon les mots de l'ancien président Bill Clinton, cité par Rolling Stone

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.