Première mondiale, le Salvador interdit les mines de métaux

Le Salvador est devenu officiellement le 27 avril 2017 le premier pays au monde à interdire les mines de métaux sur son territoire, estimant qu'il s'agit d'une activité nuisible pour l'environnement et la santé publique. La décision a été saluée par des organismes de défense de l'environnement. Pour les militants écologistes, c'est «la victoire de l'eau sur l'or».

«Non aux mines, Oui à la vie.» Slogan écrit sur une banderolle portée par un manifestant contre l\'exploitation minière au Salvador (29 mars 2017).
«Non aux mines, Oui à la vie.» Slogan écrit sur une banderolle portée par un manifestant contre l'exploitation minière au Salvador (29 mars 2017). (Marvin RECINOS / AFP)

«Aucune institution, norme, acte administratif ou résolution ne pourra autoriser la prospection, l'exploration, l'extraction ou le traitement de produits miniers métalliques au Salvador», selon cette loi votée le 29 mars 2017 par l'ensemble des partis au parlement, et publiée le 27 avril au Journal officiel.

Ce texte fait du petit pays d'Amérique centrale un pionner dans la lutte contre l'activité minière et ses effets néfastes sur l'environnement et la population. Le Salvador «a fait quelque chose d'historique», avait salué l'ONG MiningWatch Canada lors du vote de ce texte.

Ce vote résulte d'un long combat entre les défenseurs de l'environnement et les défenseurs des projets miniers. Ces derniers estimaient que les mines menaçaient les sources d'eau du pays. «Le vote est une victoire pour les communautés qui, depuis plus d'une décennie, se sont mobilisées sans relâche pour empêcher les sociétés minières de s'installer sur leurs territoires. L'interdiction garantit la viabilité écologique à long terme d'un pays déjà considéré comme l'un des plus fragiles sur le plan de l'environnement dans le monde», a déclaré Pedro Cabezas, d'International Allies Against Mining au Salvador.


Le Salvador, pays le plus densément peuplé d'Amérique
Le Salvador est le pays le plus densément peuplé d'Amérique latine et, bien que les précipitations soient abondantes, la gestion de l'eau est un problème majeur à cause des pratiques agricoles non durables et des contrôles industriels inadéquats qui ont entraîné une érosion généralisée des sols et une destruction presque totale les forêts, notait Le Guardian dans un article de mars 2017.

Jen Moore, coordinateur du programme pour l'Amérique latine à MiningWatch Canada, a déclaré que «ce vote encouragerait d'autres pays à se battre contre les géants miniers».

En 2009, le gouvernement du FMLN (gauche, issue de la guérilla), nouvellement élu, avait initié un moratoire de fait sur l'exploitation minière alors que des communautés rurales menacées, exprimaient une colère croissante.