Mexico se met au vert

Taxis électriques, bus roulant au gaz naturel, jardins sur les toits des immeubles, Mexico fait sa révolution verte. Il y a vingt ans, la ville était la plus polluée au monde. Cela va mieux aujourd'hui avec notamment une baisse de 90% des émissions de monoxyde de carbone. Mais le chemin est encore long, au moins dix années, avant de retrouver une cité sans pollution.

Des jardins sur les toits des immeubles de Mexico.
Des jardins sur les toits des immeubles de Mexico. (AFP)

En 2008, l'agglomération de Mexico était responsable de 1,5% des gaz à effet de serre produits dans le monde. Dans cette mégapole de vingt millions d'habitants, cinq millions de véhicules circulent chaque jour. A cela s'ajoute la pollution de 60.000 entreprises industrielles.La situation géographique de la ville n'arrange rien. Mexico est située au centre d'une cuvette à 2.500 mètres d'altitude, ce qui ne favorise pas la ventilation naturelle des lieux.

En 2008, le gouvernement fédéral de Mexico a lancé un ambitieux Plan Verde, qui commence à porter ses fruits. Une nouvelle ligne de métro a été créée, 500.000 végétaux plantés et des entreprises polluantes fermées.

Une partie de la population commence à s'intéresser à l'environnement. Des jardins voient le jour, y compris sur les toits des immeubles. Le dernier chic est de cultiver ses salades sur son balcon. Malgré tout, la partie n'est pas encore gagnée. Les taux d'ozone et de particules fines dans l'air restent encore au-delà des normes.

[{iframe:http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7344c194a6f677b000072a/50aa385094739906cd02bfb3?auth=1668701369-0-ccy4z5u0-1d9004090ba48c35001a3a49c441982a&w=640&h=360}]

Reportage AFP Vidéo Laurence Cuvillier, mis en ligne le 18 novembre 2012