Cet article date de plus de sept ans.

Une école de samba de Rio proscrit les danseuses aux seins siliconés

En prévision du carnaval, début mars, une école de samba a lancé un appel à candidatures réservé aux danseuses "sans silicone" dans leurs poitrines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des candidates au titre de reine du carnaval de Rio 2014 posent, lors de la sélection, le 8 novembre 2013, à Rio de Janeiro (Brésil). (YASUYOSHI CHIBA / AFP)

A plus de deux mois des chatoyants défilés du carnaval de Rio de Janeiro (Brésil), une école de samba a lancé un appel à candidatures, réservé aux danseuses "sans silicone" dans les seins. Paulo Menezes, le "carnavalesco" – le metteur en scène du défilé – de l'école de samba Mocidade independente de padre Miguel, recherche 20 danseuses qui aient des seins "beaux et naturels". Et "peu importe leur taille". L'information, pas si anecdotique, est à lire, vendredi 20 décembre, sur le site G1 de Globo (lien en portugais).

Ces danseuses aux poitrines "sans silicone" auront la lourde responsabilité d'ouvrir, avec leur chorégraphie et leurs costumes bariolés, le défilé de l'école de samba qui se disputera avec onze autres écoles le titre de championne du carnaval 2014, devant les 70 000 spectateurs du Sambodrome et les intraitables jurés.

Au Brésil, la chirurgie esthétique est très courante. Le pays est même second derrière les Etats-Unis en nombre d'opérations esthétiques. Plus de 800 000 y sont pratiquées chaque année. La plupart pour des implants de silicone. Et les beautés plastiques du carnaval, juchées sur les chars, y ont souvent recours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.