Cet article date de plus de six ans.

Le baron de la drogue mexicain "El Chapo" échappe (encore) aux autorités

Il a fui une opération des autorités mexicaines visant à le capturer. Mais il s'est blessé  à la jambe et au visage.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le baron mexicain de la drogue Joaquin "El Chapo" Guzman entre deux marines mexicains, le 22 février 2014 à Mexico (Mexique). (ALFREDO ESTRELLA / AFP)

Il est toujours en cavale. Le baron mexicain de la drogue Joaquin "El Chapo" Guzman est parvenu, une fois de plus, à échapper aux autorités mexicaines. Mais il s'est blessé à la jambe et au visage en fuyant, a annoncé le gouvernement fédéral vendredi 16 octobre. Les forces de l'ordre ont souligné que ces blessures "ne sont pas le résultat d'une confrontation directe".

"El Chapo", considéré comme un des plus puissants narcotrafiquants au monde, est activement recherché depuis qu'il s'est échappé d'une prison de haute sécurité le 11 juillet, une évasion spectaculaire. Une récompense de 3,8 millions de dollars (3,4 millions d'euros) est offerte pour toute information permettant l'arrestation d'"El Chapo", dont le réalisateur Ridley Scott va adapter au cinéma la vie.

Le narcotrafiquant s'est enfui en voiture

Selon la chaîne américaine NBC News (en anglais), les forces de sécurité mexicaines ont repéré "El Chapo" début octobre, après l'interception par des agents américains de signaux de téléphone portable. Ces derniers leur ont permis de comprendre qu'il se cachait dans un ranch près de Cosala, dans l'Etat du Sinaloa, le bastion de son cartel.

Peu de temps après, une intervention héliportée des forces mexicaines dans ce ranch a été organisée. Elle s'est soldée par des échanges de tirs avec des hommes de main du trafiquant. Ce dernier a pu prendre la fuite en voiture. La fouille du lieu a permis la découverte de téléphones portables, de postes de radio et de médicaments.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.