La langue des esclaves, un trésor linguistique en Colombie

Le palenque a survécu à l'abolition de l'esclavage, il y a plus de 160 ans en Colombie. La langue des esclaves africains est un trésor encore entretenu aujourd'hui.

Cours de langue palenque dans une école de San Basilio, en Colombie.
Cours de langue palenque dans une école de San Basilio, en Colombie. (AFP)

Mélange unique de bantou et d'espagnol, ce langage créole est né à San Basilio de Palenque, un village fondé au début du XVIIe sur les hauteurs de Carthagène, au nord du pays. Ce port des Caraïbes était le principal centre de la traite négrière du vice-royaume de Nouvelle Grenade.

Parlé autrefois par les esclaves dits marrons, des fugitifs ayant trouvé refuge dans cette enclave, le palenque est officiellement pratiqué aujourd'hui dans une école de la commune, inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco en 2005.

 

Basilia Pérez, enseignante de palenque, témoigne


AFP, le 25 mai 2012



La conservation de la langue palenquero tient aux origines même du village, où cette communauté s'est maintenue à l'écart du reste du pays durant des siècles, restant repliée jusqu'aux années 1930. L'établissement a ouvert ses portes en août 2011, plus de 160 ans après le décret du 21 mai 1851 abolissant l'esclavage. Il accueille 403 élèves, en majorité de jeunes adultes.