Cet article date de plus de dix ans.

La détention du journaliste français par les Farc toujours pas confirmée

Roméo Langlois a disparu le 28 avril mais la direction des Farc n'a pas confirmé la prise d'otage annoncé par une unité régionale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Roméo Langlois travaille pour France 24. Ici en juin 2011. (WOOW / FRANCE 24)

L'armée colombienne a précisé jeudi que la direction nationale des Farc n'avait pas encore validé le message signé par une unité régionale de la guérilla revendiquant la capture du journaliste français Roméo Langlois, disparu dans le sud de la Colombie.

Un message, signé du "Front 15" des Farc, une unité active dans le département de Caqueta (sud) où a disparu le 28 avril le journaliste français, affirme que ce dernier est son "prisonnier de guerre". "Nous pensons que ce message est authentique, mais nous ne pouvons pas l'authentifier ou le valider nous-mêmes. C'est à la direction des Farc de le faire et pour l'instant elle ne l'a pas fait", a indiqué le général Javier Rey, commandant de l'armée de l'air à Florencia, capitale du département de Caqueta.

Le responsable militaire a réaffirmé qu'il ne voyait pas d'autres possibilités que la capture du correspondant de la chaîne de télévision France 24 par cette unité des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.