Cet article date de plus de huit ans.

Hugo Chavez, le «saint adoré» des rues de Caracas

Alors que le président vénézuélien vient de mourir d'un cancer à l'âge de 58 ans, le Venezuela est sous le choc. Retour à Caracas, en janvier 2013, où les murs de la ville montrent à quel point l'homme est populaire... et ce, même si son héritage est contesté.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hugo Chavez est devenu une icône, qui s'affiche sur tous les murs de Caracas. (FTV)
Peint sur les murs en fresques, appliqué en sticker sur les portes, le visage d'Hugo Chavez s'affiche sans complexe dans les rues de la capitale vénézuélienne. Erigé en véritable icône par ses partisans, il apparaît partout, malgré son absence pour maladie, depuis le 10 décembre 2012. 

Si la télévision publique passe en boucle des clips le décrivant comme le «héros de la Nation», c'est aussi pour préserver l'héritage de celui dont l'absence prolongée crée un vide politique, notamment au niveau du parti au pouvoir, le PSUV. 

Ses opposants lui reprochent notamment d'avoir polarisé depuis 14 ans les opinions politiques. Ils dénoncent la création d'un culte de la personnalité autour d'Hugo Chavez. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.