Haïti : un Français enlevé à Port-au-Prince

L'enlèvement s'est produit dans un quartier résidentiel et a été commis par un gang.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Haïtiens dans les rues de Port-au-Prince lors d'une manifestation contre le Premier ministre, le 29 mars 2022. (GEORGES HARRY ROUZIER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Un nouvel enlèvement dans un pays où les rapts sont devenus quotidiens. Un citoyen français a été enlevé vendredi 27 mai à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, a annoncé, samedi, Gary Desrosiers, porte-parole de la police nationale d'Haïti. Aucun détail n'a été donné sur l'identité de la victime. "Les autorités et proches restent discrets sur les enquêtes et éventuelles négociations car il s'agit de ne pas mettre en danger la victime", précise Radio France internationale.

L'enlèvement s'est produit au cours de la journée dans un quartier résidentiel situé au cœur de la ville, a précisé le porte-parole. Les gangs enlèvent chaque jour des habitants de tout niveau socio-économique, exigeant des rançons de plusieurs milliers voire dizaines de milliers de dollars américains. Les Haïtiens sont les principales victimes de ces enlèvements, mais des étrangers sont également pris pour cibles.

Ces gangs contrôlent depuis plusieurs décennies les quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince et ont étendu leur emprise ces dernières années. Si les bandes criminelles s'affrontent d'abord entre elles pour agrandir leur zone d'influence, elles s'en prennent également à la population. Entre fin avril et début mai, au moins 148 personnes ont ainsi été tuées par des gangs dans les quartiers du nord de Port-au-Prince, en proie à des affrontements entre groupes rivaux. Depuis plusieurs mois, Haïti connaît une situation instable, "qui se détériore dans un pourrissement sans fin", analyse le politologue Frédéric Thomas dans Le Monde (article réservé aux abonnés).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.