EN IMAGES. Etats-Unis : ces entrepôts où sont parqués les mineurs clandestins

Au Texas et en Arizona, des centaines d'enfants venant d'Amérique centrale sont enfermés dans des centres de rétention qui ont tout d'une prison.

Ils sont mineurs, arrivent clandestinement d'Amérique centrale, et rêvent de vivre aux Etats-Unis. La police des frontières américaine a invité la presse à visiter des entrepôts, à Nogales (Arizona) et Brownsville (Texas), qui accueillent les enfants non accompagnés qui franchissement la frontière mexicaine, rapporte Le Monde, jeudi 19 juin. Une plongée glaçante.

Deux fois plus que l'an dernier

Les enfants, qui ont payé au prix fort leur passage pour rejoindre des proches ou fuir la violence, sont rassemblés dans ces centres de rétention improvisés. Ils sont ensuite supposés gagner des bases militaires dans des Etats voisins pour être renvoyés chez eux. Mais plusieurs refusent d'accueillir ces enfants, "de peur que la situation s'éternise", écrit Le Monde.

Selon le quotidien, 47 000 enfants ont été interceptés à la frontière depuis octobre 2013, soit presque le double de l'an dernier et cinq fois plus qu'en 2009. Dans l'Arizona Republic, un journaliste s'offusque de voir ces "enfants en cage, pas des gangsters, ni des délinquants". Le président, Barack Obama, a évoqué une "crise humanitaire".

117
Un bus transportant des enfants arrive sur le site des garde-frontières de Nogales, en Arizona (Etats-Unis), le 7 juin 2014. PATRICK BREEN / AP / SIPA
217
L'entrepôt de la police des frontières de Nogales, où les journalistes ont vu environ 900 enfants, le 18 juin 2014, selon L'"Arizona Republic". ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
317
Les détenus doivent enlever leurs lacets, au centre de Brownsville (Teaxs), le 18 juin 2014. ERIC GAY / AP / SIPA
417
Les enfants marchent en file indienne, au centre de Brownsville, au Texas, le 18 juin 2014. ERIC GAY / AP / SIPA
517
Des enfants sont escortés mains dans le dos, à Nogales, pour aller passer des coups de fil à leurs proches. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
617
A Nogales, une quarantaine de téléphones satellites ont été installés pour permettre aux enfants d'essayer de
joindre leurs proches, au Guatemala, au Honduras ou au Salvador. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
717
D'autres patientent pour une visite médicale, à Nogales. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
817
A Nogales, les enfants se voient remettre des vêtements par le service des douanes et de la protection des
frontières. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
917
A Brownsville aussi, les détenus peuvent avoir quelques vêtements. ERIC GAY / AP / SIPA
1017
Une cellule à Brownsville où les enfants s'entassent sous des couvertures de la Croix rouge. ERIC GAY / AP / SIPA
1117
A Nogales, les détenus dorment sur des matelas posés à même le sol. Une couverture de survie pour se tenir chaud. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
1217
Des toilettes ont été placées dans l'entrepôt, près des couchages. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
1317
Garçons et filles sont séparés. Ces deux filles dorment à côté des toilettes dans une cellule bricolée avec du grillage. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
1417
Deux filles regardent un match de foot. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
1517
Un panneau de basket permet de se distraire. ROSS D. FRANKLIN / AP / SIPA
1617
Les enfants font du dessin sous une tente camouflage, à Brownsville. ERIC GAY / AP / SIPA
1717
Plus de 47 000 enfants non accompagnés ont afflué aux Etats-Unis, depuis le 1er octobre 2013. ERIC GAY / AP / SIPA