Cet article date de plus de neuf ans.

Les démocrates conservent le Sénat, les républicains la Chambre des représentants

Le Grand Old Party devait remporter quatre sièges pour ravir la majorité des 100 sièges du Sénat, mais ils en ont perdu au moins trois, dans les Etats du Massachusetts, de la Virginie et de l'Indiana.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des militants démocrates à Chicago (Etats-Unis), le 6 novembre 2012. (ROBYN BECK / AFP)

ELECTIONS AMERICAINES – Double déconvenue au soir du 6 novembre pour le parti républicain : outre la réélection du président Barack Obama, ils doivent renoncer à reconquérir le Sénat, où le parti démocrate conserve sa majorité avec 53 sièges contre 45. Le Grand Old Party devait remporter quatre sièges pour ravir la majorité des 100 sièges du Sénat, mais ils en ont perdu au moins trois, dans les Etats du Massachusetts, de la Virginie et de l'Indiana. La Chambre des représentants, déjà républicaine depuis les élections de mi-mandat en 2010, le reste. A la clé, une impasse au Congrès. 

Les élections au Congrès sont le deuxième grand scrutin national du jour aux Etats-Unis : en même temps que leur président, les Américains élisent leurs représentants et renouvellent 33 sièges de sénateurs sur 100. 

Deux sièges symboliques pour les démocrates

Le républicain Todd Akin, candidat au Sénat, a été vaincu dans le Missouri. Il doit se mordre les doigts : avant ses propos doutant de la possibilité d'une grossesse en cas de viol, il était donné favori pour renverser la sénatrice sortante, Claire McCaskill, en difficulté. Mais ses déclarations lui ont valu d'être totalement renié par son parti : il est devenu le symbole du conservatisme frisant l'obscurantisme de certains représentants de la droite religieuse.

Même faute, même punition pour Richard Mourdock, candidat au Sénat dans l'Indiana, qui avait évoqué une "volonté de Dieu" pour qualifier la grossesse après un viol. Visiblement, ces déclarations n'ont pas plu aux électeurs centristes.

Elizabeth Warren, figure de la gauche, élue au Sénat

Le combat d'Elizabeth Warren dans le Massachusetts n'était pas une évidence : elle affrontait Scott Brown, républicain modéré et sénateur sortant, plutôt populaire. Sa victoire consacre une figure de la gauche, qui milite pour la défense des consommateurs et que certains jugeaient trop à gauche pour pouvoir s'imposer dans un scrutin national. Elle l'emporte avec près de 54% des voix. 

La démocrate Elizabeth Warren, candidate au Sénat dans le Massachusetts, ici le 5 septembre 2012 à Charlotte, en Caroline du Nord (Etats-Unis). (CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

La dynastie Kennedy de retour au Congrès

Après plus de soixante années de présence continue du clan politique le plus célèbre des Etats-Unis au Parlement américain, les Kennedy n'étaient plus représentés au Congrès depuis 2010. Joseph Kennedy III, petit-neveu du président assassiné John F. Kennedy, a été élu dans l'Etat du Massachusetts à la Chambre des représentants et signe ainsi le retour de la dynastie sur les bancs du Congrès. "C'est un moment incroyable pour moi", a réagi le nouveau député de 32 ans, cité par le Boston Globe (article payant en anglais). Dans sa profession de foi, il s'est notamment déclaré favorable au droit au mariage des homosexuels. 

Bob Menendez, passé entre les mailles du filet

Le sénateur démocrate sortant du New Jersey, Bob Menendez, l'a échappé belle. Impliqué dans un scandale sexuel à cinq jours des élections, il réussit à garder son siège. Accusé d'avoir eu recours à deux prostituées de République dominicaine et de les avoir payées 100 dollars au lieu des 500 convenus avant l'acte sexuel, comme le raconte le Daily Caller (article en anglais), il rassemble plus de 58% des suffrages dans cet Etat.

Tammy Baldwin, première sénatrice ouvertement homosexuelle

Elle était élue depuis 1999 à la Chambre des représentants, Tammy Baldwin, est la première élue ouvertement homosexuelle à siéger au Sénat. Elle a été élue dans l'Etat du Wisconsin. L'homosexualité affichée de celle qui a rassemblé près de 51% des voix, n'avait toutefois pas dominé l'âpre campagne dans cet Etat. "Ne vous y trompez pas, je suis fière d'être une progressiste du Wisconsin", a-t-elle déclaré. Cette élue très engagée sur la situation au Moyen-Orient accède désormais au Sénat, chambre plus traditionnelle et plus prestigieuse du Congrès américain.

Deux autres victoires apportent une satisfaction certaine au camp de Barack Obama :  dans le Maine, l'ancien gouverneur de l'EtatAngus King, un indépendant proche des démocrates, est donné gagnant. L'actuelle sénatrice, la républicaine Olympia Snowe, s'était retirée de la course il y a quelques mois, critiquant la radicalisation de son parti. Dans le Connecticut, le candidat démocrate Christopher Murphy est sorti victorieux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.