Cet article date de plus de sept ans.

Echec partiel des tests sur la soucoupe volante censée poser des hommes sur Mars

La Nasa a testé samedi des technologies qui pourraient un jour servir à poser des hommes sur Mars mais l'expérience a en partie échoué à cause d'un parachute dysfonctionnel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le disque appelé "Low-Density Supersonic Decelerator" dans les laboratoires de la Nasa à Pasadena (Californie, Etats-Unis), le 9 avril 2014. (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Le parachute s'est ouvert, mais il ne s'est pas complètement déployé. La Nasa a testé, samedi 28 juin, l'envoi d'une sorte de soucoupe volante dans la haute atmosphère pour tester des technologies qui pourraient un jour servir à poser de lourdes charges et des hommes sur Mars. Mais l'expérience a en partie échoué avec le dysfonctionnement du parachute.

L'énorme ballon gonflé à l'hélium avait été lâché de la base militaire de l'île hawaïenne de Kauai, transportant un vaisseau de la forme d'un disque appelé "Low-Density Supersonic Decelerator". Après deux heures et demi d'ascension, le ballon a atteint comme prévu 36 600 mètres et près de quinze minutes après a largué le vaisseau LDSD dont le moteur de fusée s'est allumé dans la foulée pour l'amener à 54 900 mètres d'altitude. il avançait alors à 4 651 km/h soit 3,8 fois la vitesse du son.

La Nasa satisfaite malgré tout

Le ralentisseur supersonique aérodynamique gonflable en forme de beignet rond avec un trou au milieu, appelé SIAD (Supersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator) s'est ensuite déployé pour freiner la descente du vaisseau. Le seul hic a été le dysfonctionnement du gigantesque parachute de 34 mètres de diamètre. Normalement, ce parachute supersonique aurait dû permettre un amerrissage en douceur du LSDS dans l'océan Pacifique 40 minutes après son largage du ballon.

Malgré ce problème, la Nasa s'est déclarée très satisfaite du déroulement du test d'un coût de 150 millions de dollars. "Si notre soucoupe volante atteint la vitesse et l'altitude prévues, ce sera un grand jour pour nous", avait déjà dit avant ce test Mark Adler, le responsable du projet. Le prochain test est prévu à l'été 2015.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.