Nicaragua : fuyant les violences, au moins 23 000 personnes ont gagné le Costa Rica depuis avril

Ce pays d'Amérique centrale est en proie à un mouvement de contestation antigouvernementale qui a déjà fait plus de 300 morts.

Manifestation contre le gouvernement à Managua (Nicaragua), le 28 juillet 2018. 
Manifestation contre le gouvernement à Managua (Nicaragua), le 28 juillet 2018.  (MARVIN RECINOS / AFP)

La crise au Nicaragua se propage chez ses voisins, submergés par les demandes d'asile. "Au cours des derniers mois, le nombre de demandes d'asile déposées par des Nicaraguayens au Costa Rica et dans d'autres pays a augmenté de façon exponentielle", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), William Spindler, lors d'un point de presse à Genève, mardi 31 juillet. 

Le Nicaragua est en proie depuis le 18 avril à un mouvement de contestation antigouvernementale durement réprimé, qui a fait plus de 300 morts et 2 000 blessés, selon plusieurs organisations de défense des droits humains.

L'ONU renforce sa présence dans la zone 

Si les chiffres régionaux ne sont pas encore connus, au moins 23 000 personnes ont cherché à obtenir l'asile au Costa Rica depuis le début de la crise en avril, a indiqué l'ONU, qui fait savoir que les capacités de traitement des demandes d'asile au Costa Rica sont "débordées". Actuellement, 200 demandes d'asile sont enregistrées chaque jour au Costa Rica, mais le HCR entend aider les autorités à porter ce chiffre à au moins 500.

Le HCR prépare en effet un plan régional pour répondre aux besoins des réfugiés. L'agence onusienne va renforcer sa présence au Costa Rica pour fournir une protection et une assistance immédiate aux milliers de réfugiés et de demandeurs d'asile nicaraguayens, tant dans la région du nord du Costa Rica que dans les environs de la capitale, San José.