Chili : la Fondation Neruda lance un SOS pour sauver les maisons-musées du poète

Après de longs mois de fermeture due à la pandémie, les trois musées ont rouvert leurs portes en septembre 2021 mais n'ont récupéré que 15% de leurs visiteurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des touristes visitent une des maisons-musées du poète Pablo Neruda, le 6 avril 2022, à Santiago (Chili). (MARTIN BERNETTI / AFP)

La fondation chargée d'administrer l'héritage du poète chilien Pablo Neruda a lancé un appel à l'aide, mercredi 6 avril, pour assurer l'entretien des trois maisons-musées du prix Nobel de littérature. "Nous sommes dans une situation très difficile", a reconnu le président de la fondation, alors que les revenus de ces musées ont chuté en raison du Covid-19.

Les deux maisons du poète situées sur la côte centrale du Chili, à Valparaiso et dans la station balnéaire d'Isla Negra, ainsi que sa demeure de Santiago étaient visitées par environ 350 000 personnes chaque année avant la pandémie. Laissées telles que les avait imaginées l'écrivain (qui a créé dans chacune un univers plein de fantaisie), elles ont toutes la mer comme inspiration principale. Elles abritent aussi les innombrables collections du poète, accumulées pendant ses très nombreux voyages autour du monde : bouteilles, escargots, chauffe-pieds ou encore figures de proue.

Après de longs mois de fermeture, les musées ont rouvert leurs portes en septembre 2021. Mais ils n'ont récupéré que 15% de leurs visiteurs, en raison des restrictions sanitaires et de la chute prolongée du tourisme. Le budget ne permet désormais plus de fonctionner normalement. "Je ne peux pas imaginer que les maisons de Neruda se retrouvent fermées", a déclaré le président de la fondation, qui a sollicité en vain le précédent gouvernement chilien et des entreprises privées pour obtenir des financements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.