Avant sa mort, Michael Jackson était "paumé" et "apeuré"

Des e-mails dévoilés ce week-end révèlent que la fragilité psychologique du chanteur était bien connue d'AEG, la société qui devait promouvoir les concerts de la tournée "This is It".

Michael Jackson en mai 2009, un mois avant sa mort, lors des répétitions de la tournée \"This is it\", une scène issue du documentaire du même nom signé par Kenny Ortega.
Michael Jackson en mai 2009, un mois avant sa mort, lors des répétitions de la tournée "This is it", une scène issue du documentaire du même nom signé par Kenny Ortega. (RIA NOVOSTI /AFP)

AMERIQUES - C'est le portrait d'un être à la psychologie fragile que dévoilent les messages publiés dimanche 2 septembre par le Los Angeles Times. Dans les 250 pages d'e-mails obtenus par le quotidien, Michael Jackson est décrit comme "complètement paumé et paralysé". Ces messages correspondent à des échanges entre des dirigeants d'AEG, la société de promotion de la tournée "This is it", que préparait le chanteur américain. Ces mêmes dirigeants avaient jusqu'ici affirmé qu'avant sa mort, le Roi de la pop était en bonne santé. Or ils semblaient, en fait, parfaitement au courant de l'instabilité de Michael Jackson.

"Il est coincé, il a signé un contrat"

"MJ est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé. J'essaie de le faire dessaouler", écrit ainsi Randy Phillips, directeur de la branche concerts d'AEG, à son patron, Tim Leiweke, au moment où Michael Jackson est attendu pour une grande conférence de presse censée lancer la tournée. Je lui ai crié dessus si fort que les murs en ont tremblé, il est complètement paumé et paralysé, il se déteste (...) Il est flippé à mort", écrit encore Randy Phillips qui a, selon ses courriels, fini par devoir habiller lui-même le chanteur, avec l'aide de son manager.

Après cet épisode, la pression n'aurait cessé de s'accroître sur le chanteur en plein doute, les responsables d'AEG craignant les risques que présentait le défi des 50 concerts prévus à Londres."On ne peut pas nous forcer à arrêter ça, ce que MJ va essayer de faire car il est paresseux et change en permanence d'avis en fonction de ses envies immédiates", écrit Paul Gongaware, un autre responsable d'AEG à Randy Phillips, ajoutant : "Il est coincé, il n'a pas le choix, il a signé un contrat".

"AEG va engranger une fortune"

Plus grave, quelques semaines avant le début de la tournée, le directeur du spectacle, Kenny Ortega avait prévenu ces dirigeants que Jackson montrait "de forts signes de paranoïa, d'angoisse et de comportement obsessionnel", préconisant un examen psychiatrique. Demande refusée par Randy Phillips. Michael Jackson mourra quelques jours après ce refus, le 25 juin 2009, à l'âge de 50 ans. A peine deux mois plus tard, Randy Phillips écrit à un collègue de l'industrie musicale : "La mort de Michael Jackson est une tragédie, mais la vie continue. AEG va engranger une fortune avec les ventes de produits dérivés, les tickets, l'exposition et le DVD du film."

Ces révélations peuvent avoir des conséquences sur deux procès en cours visant AEG. Les héritiers Jackson accusent d'abord AEG d'avoir exercé une pression énorme sur le chanteur en dépit de ses signes de faiblesse. La compagnie d'assurance d'AEG, Lloyd's of London, cherche ensuite à faire annuler une compensation de 17,5 millions de dollars, qu'elle a dû verser. AEG aurait négocié cette somme en se basant sur de fausses déclarations sur la santé et la capacité de Michael Jackson à assurer la tournée "This is it".