Le "super-comité" américain échoue à lutter contre le déficit

Le comité réunissant démocrates et républicains afin de trouver une solution pour réduire le déficit abyssal des Etats-Unis n'a pas trouvé d'accord à l'issue de sa mission, lundi. 

Vue sur le dôme du Capitole, à Washington (Etats-Unis), le 21 novembre 2011. 
Vue sur le dôme du Capitole, à Washington (Etats-Unis), le 21 novembre 2011.  (JONATHAN ERNST / REUTERS)

Le "super-comité" du Congrès, chargé depuis cet été d'examiner les moyens de réduire le déficit des Etats-Unis, se révèle être, lundi 21 novembre, un échec cuisant. Les six démocrates et six républicains du comité, dont la mission était de trouver 1 200 milliards de dollars (891 millions d'euros) d'économies sur dix ans, ne sont pas parvenus à un accord. Un mauvais signe : la dette des Etats-Unis a dépassé en novembre les 15 000 milliards de dollars, soit l'équivalent du produit intérieur brut du pays. 

Démocrates et républicains incapables de compromis

En pleine période électorale, démocrates et républicains se sont aussitôt rejeté la responsabilité de l'échec. Dans un discours prononcé lundi dans la soirée, le président démocrate et candidat à sa réélection Barack Obama a accusé les républicains de s'être obstinément opposés à toute augmentation des impôts pour les classes favorisées.

Les républicains ont quant à eux reproché au président son manque d'autorité et sa réforme de l'assurance-maladie. 

Polémique autour du budget de la Défense 

Conséquence immédiate de ce blocage politique : le pays devra déclencher, dès mercredi 23 novembre, un mécanisme de coupes automatiques dans les dépenses. Ces réductions doivent frapper à parts égales les programmes civils et militaires.

Le budget de la Défense devrait ainsi perdre 600 milliards de dollars sur dix ans, ce qui déplaît beaucoup aux républicains, mais aussi au secrétaire à la Défense de l'administration Obama, Leon Panetta, qui craint des "conséquences dévastatrices".

Les agences de notation en embuscade

Les agences de notation Standard & Poor's et Moody's ont assuré que la note triple A de crédit américaine ne serait pas affectée par l'échec du super-comité. Cependant, ce blocage révèle qu'aucune initiative d'envergure pour réduire le déficit n'est à attendre avant l'élection présidentielle de 2012.

Fitch, la troisième grande agence de notation, a en revanche souligné qu'elle pourrait revoir ses perspectives sur le maintien de sa note AAA attribuée aux Etats-Unis. '"Un échec du super-comité à parvenir à un accord aurait probablement un résultat négatif sur la notation", avait-elle prévenu dès le mois d'août.