Arrestation du maire de Montréal sur fond de scandales de corruption

Michael Applebaum aurait favorisé un promoteur immobilier proche de la mafia. 

Le maire de Montréal, Michael Applebaum, participe à une conférence dans la ville québécoise, le 10 juin 2013.
Le maire de Montréal, Michael Applebaum, participe à une conférence dans la ville québécoise, le 10 juin 2013. (DAVID VILDER / BLOOMBERG / GETTY IMAGES)

Nouveau développement dans les scandales de corruption qui frappent Montréal depuis plusieurs mois. Le maire de la métropole québécoise, Michael Applebaum, a été arrêté, lundi 17 juin au matin. Il doit être entendu dans la journée par les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption. Il est soupçonné d'avoir accordé des faveurs à un promoteur immobilier réputé proche de la mafia, selon les médias locaux. D'après le site de La Presse, il est visé de 14 chefs d'inculpation, dont complot, fraude envers le gouvernement et corruption. Deux autres hommes ont également été interpellés.

Immédiatement, l'opposition a réclamé la nomination d'un maire intérimaire d'ici 30 jours, pour diriger Montréal jusqu'aux élections municipales, en novembre. L'arrestation de Michael Applebaum intervient alors que des investigations ont révélé un système de corruption impliquant des responsables de la mairie, plusieurs entrepreneurs en bâtiment, et la criminalité organisée.

Selon plusieurs déclarations, ce système consistait en des appels d'offres truqués, les entrepreneurs reversant une partie de leurs gains, indûment élevés, au parti du maire précédent, Gérald Tremblay. La branche montréalaise de la mafia italienne, qui surveillait le fonctionnement de ce stratagème, était elle aussi arrosée.