Armstrong avait "monté le programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu"

Ce sont les conclusions de l'Agence américaine antidopage (Usada) au sujet du septuple vainqueur du Tour de France.

Le champion cycliste Lance Armstrong, à Montréal (Canada), le 29 août 2012.
Le champion cycliste Lance Armstrong, à Montréal (Canada), le 29 août 2012. (ROGERIO BARBOSA / AFP)

SPORTS - Il avait "monté le programme de dopage le plus sophistiqué, professionnel et réussi, jamais vu dans l'histoire du sport". L'Agence américaine antidopage (Usada) a publié ses conclusions sur l'équipe cycliste US Postal de Lance Armstrong dans un communiqué, mercredi 10 octobre. L'Usada avait déjà radié le septuple vainqueur du Tour de France du sport de compétition, fin août. L'Agence avait alors invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998.

Ce que lui reproche l'Usada

Les preuves sont "accablantes et représentent plus de 1 000 pages, avec des témoignages sous serment de 26 personnes, dont 15 coureurs ayant eu connaissance des activités de dopage au sein de l'US Postal", assène Travis T. Tygart le président de l'Usada. L'agence avait déjà révélé cet été être en possession d'échantillons sanguins de 2009 et 2010, dont l'analyse ne laisse pas planer de doutes. 

"Tous ces éléments (...) apportent la preuve indéniable de la conspiration durable et érigée en un système hautement professionnel au sein de l'US Postal" , "une équipe qui a reçu des dizaines de millions de dollars de subventions de la part des contribuables américains", a-t-il ajouté.

Dans le même temps, l'ancien coéquipier d'Amstrong, George Hincapie, a avoué avoir eu recours au dopage au cours de sa carrière. "Au début de ma carrière professionnelle, il est devenu clair qu'avec l'usage répandu de produits favorisant la performance parmi les meilleurs, il n'était pas possible de concourir au plus haut niveau sans y recourir", a-t-il confié dans un communiqué, tout en présentant ses excuses. Avant lui, Tyler Hamilton avait raconté, en mai, la livraison d'EPO dans des thermos lors des courses.

Ce qu'en dit son avocat

Un des avocats de l'ancien coureur américain avait critiqué par avance, mardi, ce rapport de l'Usada, comme le rapporte le New York Times (lien en anglais).

Selon Timothy J. Herman, ce rapport serait "un travail bâclé et biaisé, une resucée des tabloïds payée par le contribuable (...) et largement basée sur des allégations peu fiables, des parjures en série, des témoignages contraints, des deals et des histoires induites par la menace." Et d'estimer que l'agence américaine avait agi à la fois "comme procureur, juge, jury, cour d'appel et bourreau.

Que risque Lance Amstrong ? 

Depuis le 24 août, l'Usada a retiré à Amstrong ses sept titres de vainqueur du Tour de France, et l'a radié à vie du cyclisme.

Mais la compétence de l'Usada se limitant au territoire américain, il reviendra juridiquement à la fédération internationale de cyclisme, l'UCI, de trancher. C'est elle seulement qui peut définitivement priver le Texan de ses victoires de 1999 à 2005 dans la Grande Boucle. 

Fin septembre, l'UCI s'était impatientée du temps mis par l'Agence antidopage américaine pour lui fournir son dossier. Une demande de transfert que vient d'appuyer l'avocat du coureur, Tim Herman. A une condition : que l'agence envoie "l'intégralité du rapport et non une version tronquée", comme le rapportent nos confrères de francetvsport.