Vidéo Les Munduruku, ce peuple indigène amazonien qui lutte contre la récolte d’or illégale

Publié
En Amazonie, le peuple indigène des Munduruku se bat contre les orpailleurs, ces chercheurs d’or qui ouvrent des mines sauvages en pleine forêt. Une activité illégale, et qui pollue les cours d’eau de mercure. Brut a enquêté sur place.
Brut.
Article rédigé par

En Amazonie, le peuple indigène des Munduruku se bat contre les orpailleurs, ces chercheurs d’or qui ouvrent des mines sauvages en pleine forêt. Une activité illégale, et qui pollue les cours d’eau de mercure. Brut a enquêté sur place. 

Nous sommes en colère, nous sommes tristes aussi, parce que les orpailleurs ne respectent pas le territoire indigène. Notre territoire doit être respecté et préservé. Ils ne veulent pas le respecter. Ils savent que c'est une terre indigène, et malgré ça, ils continuent à travailler ici.” Les Munduruku voient leur environnement se dégrader et les cours d’eau s'obscurcir. Ces indigènes vivent dans la forêt amazonienne. Mais ils doivent cohabiter, contre leur gré, avec les orpailleurs. Ces travailleurs récoltent de l’or grâce à des mines sauvages. Même si ces terres sont protégées, les mineurs continuent leur exercice, et polluent les environs.

“Je suis contaminé par le mercure”

Ces mines utilisent les cours d’eau les plus proches pour fonctionner, et elles rejettent du mercure, une substance toxique pour l’homme. “La rivière Tapajós est une rivière très importante pour nous. Ce n'est pas seulement parce que l'eau est la base de notre vie, mais parce qu'elle a été faite pour la vie sur Terre, pour nous tous. Parce qu'elle a été créée par Karosakaybu. C'est une rivière sacrée.”, explique Juarez Saw Munduruku, chef du village Sawré Muybu.

Ce dernier reste pessimiste quant à la survie des Munduruku face à cette pratique illégale. “Nous savons que nous sommes déjà contaminés, les poissons que nous consommons actuellement sont tous contaminés par le mercure. Je sais que je suis moi-même contaminé par le mercure. Les analyses ont été réalisées, tout le monde ici a du mercure dans le sang. Si le gouvernement ne s'occupe pas de la rivière et s'il ne prend pas de mesures contre l’orpaillage illégal à Tapajós, nous allons finir par disparaître.”

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.