Le président brésilien envoie l'armée pour lutter contre les incendies en Amazonie

La mesure, prise par décret, autorise à partir de samedi les gouverneurs des Etats concernés par les feux en Amazonie à mobiliser l'armée.

Un feu de forêt dans l\'Etat de Rondonia, à environ 65 km de Porto Velho, le 23 août 2019.
Un feu de forêt dans l'Etat de Rondonia, à environ 65 km de Porto Velho, le 23 août 2019. (CARL DE SOUZA / AFP)

L'armée pour tenter de venir à bout des flammes. Le président brésilien, sous le feu des critiques pour sa gestion des incendies dans la forêt amazonienne, a décidé d'autoriser l'envoi de l'armée dans les zones touchées, a annoncé vendredi 23 août le gouverneur de l'Etat amazonien de Roraima, Antonio Denarium. La mesure, prise par décret, autorise à partir de samedi les gouverneurs des Etats concernés par les feux en Amazonie à mobiliser l'armée "pour des actions préventives et répressives contre les délits environnementaux", ainsi que "l'identification et la lutte contre les foyers d'incendies".

Après avoir d'abord considéré les incendies comme étant naturels, puis avoir accusé des organisations non gouvernementales (ONG) de les avoir allumées, Jair Bolsonaro a organisé vendredi une réunion interministérielle pour envisager les mesures à prendre.

Une pression internationale de plus en plus forte

Selon les données du gouvernement, les incendies dans la partie brésilienne de la forêt amazonienne, laquelle représente plus de la moitié de ce vaste ensemble tropical, ont augmenté de 83% cette année et ont détruit de vastes étendues de forêt. Bien que les incendies soient fréquents et naturels pendant la saison sèche à cette période de l'année, les défenseurs de l'environnement ont imputé cette augmentation aux travaux de défrichage des agriculteurs, tacitement encouragés par le président d'extrême droite.

Depuis deux jours, la pression internationale s'accentue sur le Brésil. De l'autre côté de l'Atlantique, l'Amazonie est devenue "une priorité" à la veille du G7 de Biarritz. Le président Emmanuel Macron a accusé Jair Bolsonaro d'avoir "menti" sur ses engagements climatiques et a décidé de s'opposer à l'accord de libre-échange UE-Mercosur. "Le feu le plus ardent est celui de notre souveraineté sur l'Amazonie", a rétorqué vendredi le président brésilien dans un tweet.