Alaska. La plateforme pétrolière échouée a été remorquée

Selon un représentant de l'Etat de l'Alaska, aucune trace de pollution n'a été observée pendant l'opération.

La plateforme Kulluk de Shell lors de son échouage, le 3 janvier 2012, près d\'une l\'île de l\'Alaska. 
La plateforme Kulluk de Shell lors de son échouage, le 3 janvier 2012, près d'une l'île de l'Alaska.  (US COAST GUARD / REUTERS)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les autorités n'ont relevé aucune trace de pollution. La plateforme pétrolière Kulluk, échouée à la veille du Nouvel An à proximité d'une île de l'Etat de l'Alaska (Etats-Unis), a été renflouée dimanche soir sans dommage, ont annoncé lundi 7 janvier les autorités. La plateforme, exploitée par le géant pétrolier Shell, a été remorquée vers le port voisin de Kiliuda Bay, où elle a jeté l'ancre, signale Le Monde.fr

D'après le quotidien, l'opération a duré douze heures. "Une évaluation plus détaillée sera conduite, avant toute décision sur [son] avenir", a fait savoir Sean Churchfield, responsable des activités de Shell en Alaska, lors d'une conférence de presse. 

"La réputation de Shell est en lambeaux", selon Greenpeace

La plateforme Kulluk transportait plus de 560 000 litres de diesel et plus de 45 000 litres de pétrole. Mais selon le représentant de l'Etat de l'Alaska au sein de la cellule de crise, Steve Russell, un sondage du lieu de l'échouage a écarté tout signe de pollution lors de l'opération.

Malgré cela, l'ONG Greenpeace est monté au créneau. "La plateforme est peut-être renflouée, mais après ce nouveau fiasco, la réputation de Shell est en lambeaux", écrit l'ONG. "L'heure est venue pour le gouvernement de réagir. Il est maintenant parfaitement clair qu'il est impossible de forer dans l'Arctique de façon sûre", ajoute Greenpeace.