Algérie : une réforme qui discrimine les binationaux

Le Parlement algérien a adopté dimanche une réforme de la Constitution. Elle prévoit de limiter le nombre de mandats présidentiels à deux et elle interdit plusieurs postes clés aux binationaux.

(Abdelazziz Bouteflika a aujourd'hui 78 ans © REUTERS/Ramzi Boudina)

Cette réforme adoptée ce dimanche était voulue par le président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 17 ans.

Une façon pour lui d’organiser la suite alors qu’on le sait, à 78 ans, affaibli par la maladie.

Elle interdit notamment aux Algériens ayant une autre nationalité l'accès aux hauts postes dans la fonction publique, une mesure qui suscite la colère dans la communauté franco-algérienne, estimée à des centaines de milliers de personnes.

L’autre disposition importante prévoit le rétablissement de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Le président algérien l’avait lui-même supprimée pour briguer un troisième puis un quatrième mandat. Mais cette nouvelle limitation ne le concerne pas. Il pourra donc se présenter pour un cinquième mandat, s’il le souhaite.