Cet article date de plus de huit ans.

Algérie : Abdelaziz Bouteflika reste président

Au pouvoir depuis 1999, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a été réélu à la tête du pays à l'issue d'un scrutin boudé par la moitié des électeurs. Son principal rival, Ali Benflis, refuse de reconnaître ces résultats, dénonçant notamment la fraude qui selon lui a dominé le scrutin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Véronique Rebeyrotte Radio France)

Sans surprise, le président algérien sortant Abdelaziz Bouteflika a été réélu pour un quatrième mandat avec 81,5% des voix, contre 12,18% pour son
principal rival Ali Benflis, selon les résultats officiels annoncés vendredi. 

L'ancien premier ministre qui a redit
hier qu'il ne reconnaissait pas ces résultats, parlant d'une élection "planifiée
et préparée par une alliance entre la fraude, de l'argent  suspect et des médias vendus". C'est surtout un score qui le prive d'un
second tour peut-être espéré et qui le place dans l'opposition la plus
frontale.

Forte abstention

Pour le ministre de l'Intérieur, le peuple a choisi en toute
liberté et en reconnaissance de ce qu'Abdelaziz Bouteflika a fait avant et
après l'indépendance de 1962. Certains politologues
estiment au contraire qu'il s'agit là d'un passage en force du pouvoir, qui
prend le risque d'une grogne sociale qui va monter. Le taux de
participation à ce scrutin n'a été que de 51,7%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.