Zimbabwe : le leader de l'opposition, Nelson Chamisa, revendique "une victoire éclatante" aux élections générales

Les Zimbabwéens se sont déplacés en masse, lundi, pour les premières élections générales depuis la chute du président Robert Mugabe, au pouvoir pendant trente-sept ans. 

Le leader de l\'opposition au Zimbabwe, Nelson Chamisa, dans un bureau de vote à Harare, le 30 juillet 2018.
Le leader de l'opposition au Zimbabwe, Nelson Chamisa, dans un bureau de vote à Harare, le 30 juillet 2018. (WILFRED KAJESE / ANADOLU AGENCY / AFP)

Nelson Chamisa n'a pas attendu l'officialisation des résultats pour annoncer qu'il avait gagné. Le leader de l'opposition au Zimbabwe revendique, mardi 31 juillet, "une victoire éclatante" aux élections générales qui se sont tenues la veille dans le pays. "Nous avons fait remarquablement bien (…) et nous sommes prêts à former le prochain gouvernement", écrit-il en anglais sur Twitter, en se basant sur un décompte des voix portant sur 10 000 bureaux de vote.

De son côté, le président zimbabwéen sortant, Emmerson Mnangagwa, se dit "ravi de la forte participation" (75%) et de "l'engagement des citoyens jusqu'à présent".

Ces élections sont les premières depuis la chute de Robert Mugabe, qui a dirigé le pays pendant trente-sept ans. Son départ en novembre dernier avait suscité un espoir de changement auprès de la population. Plus de 5,5 millions d'électeurs s'étaient inscrits pour voter. 

Pas de soutien de Mugabe au candidat de son parti

Avant le scrutin, Robert Mugabe avait sous-entendu qu'il voterait pour Nelson Chamisa, pourtant opposant de longue date, plutôt que pour Emmerson Mnangagwa, l'actuel chef de l'Etat et candidat de son parti, le Zanu-PF. A 94 ans, l'ancien homme fort n'a semble-t-il toujours pas digéré sa démission forcée avec l'aide de l'armée.

Les résultats officiels devraient être annoncés dans un délai de cinq jours. En attendant, des observateurs européens mettent en garde contre d'éventuelles "déficiences" dans le processus électoral.