Une "usine à bébés" démantelée au Nigeria

La police a libéré dix-sept adolescentes dont les bébés étaient destinés à être vendus.

Les adolescentes étaient retenues prisonnières dans une maison d\'Umuaka, dans le sud du Nigeria.
Les adolescentes étaient retenues prisonnières dans une maison d'Umuaka, dans le sud du Nigeria. (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO)

Elles étaient enfermées dans une véritable "usine à bébés". La police nigériane a libéré vendredi 9 mai 17 adolescentes, âgées de 14 à 17 ans, retenues prisonnières dans une maison à Umuaka dans le sud du pays. Elles étaient enceintes du même homme et leurs enfants étaient destinés à être vendus. Onze bébés ont également été retrouvés dans cette maison que les voisins prenaient pour un orphelinat ou un refuge pour femmes enceintes.

On ne sait pas encore si les jeunes femmes ont été amenées dans la maison de force. Elles ont raconté à la police qu'elles avaient toutes été mises enceintes par un jeune homme de 23 ans. Ce dernier est actuellement en prison, tout comme le garde qui surveillait la maison. Mais, "la propriétaire de cette maison est en fuite, nous sommes à sa poursuite", a expliqué le porte-parole de la police de l'Etat d'Imo.

Dans un rapport sur le trafic d'êtres humains publié le mois dernier, l'UE a classé le Nigeria comme le pays où ce fléau est le plus répandu. Ce rapport indique que la vente d'enfants y est courante et que la police a déjà découvert deux autres "usines à bébés" de 32 ou 17 jeunes filles. L'Unesco a classé le trafic d'êtres humains en troisième place des crimes commis au Nigeria, après la corruption et le trafic de drogue.