Vainqueur de l’Euro 84, Alain Giresse va-t-il qualifier la Tunisie pour les huitièmes de finale de la CAN 2019?

L'ancien footballeur tente aujourd’hui de faire briller les Aigles tunisiens à la Coupe d’Afrique des Nations.

Alain Giresse, le 28 juin 2019 à Suez, lors du match du groupe E de la CAN 2019 entre laTunisie et le Mali.
Alain Giresse, le 28 juin 2019 à Suez, lors du match du groupe E de la CAN 2019 entre laTunisie et le Mali. (OLIVER WEIKEN / DPA)

Alain Giresse a fait rêver sous le maillot tricolore. A 66 ans, fort de ses 47 sélections en équipe de France à l’époque des Platini, Tigana, Fernandez et Rocheteau, Alain Giresse est à la tête de l’équipe de Tunisie, qui a connu un début de CAN laborieux.

Les Aigles de Carthage ont en effet fait match nul contre l’Angola et le Mali, à chaque fois sur le score de 1 partout. De quoi multiplier les critiques contre le sélectionneur. 

Après sa carrière de footballeur, marquée par son passage en équipe de France dans les années 80 (et un but à Séville en 1982), Alain Giresse a continué dans le milieu du ballon rond au poste d'entraîneur. Après avoir dirigé des clubs en France, il a découvert à 50 ans, l'Afrique et son football.

Giresse l'Africain

Il s’expatrie au Maroc et plus précisément aux FAR Rabat (2001-2003), le club de l’armée, après avoir dirigé les bancs du Paris Saint-Germain et de Toulouse. Avec son équipe marocaine, il remporte la Coupe du trône. "Ce fut une bonne expérience", raconte-t-il au Monde.

Cette expérience africaine ne sera pas la dernière. En 2006, il prend les rênes de la sélection du Gabon et fait passer l'équipe de la 125e place à la 40e du classement FIFA. Il rate de peu la qualification pour la Coupe du Monde 2010. Ensuite, il entraîne le Mali, qu'il emmène sur le podium de la CAN 2012. Et enchaîne avec le Sénégal. Après un nouveau passage assez bref au Mali, il se retouve donc à la tête de l'équipe tunisienne. 

Alain Giresse a été nommé sélectionneur des Aigles de Carthage en début d'année 2019. Lors de l'annonce de sa nomination en décembre 2018, le président de la Fédération tunisienne de football, Wadii El Jari, avait indiqué qu'"il aimerait voir les Aigles de Carthage en demi-finale". Pour cela, il faudra déjà franchir quelques obstacles à commencer par la Mauritanie.