Tunisie : vingt cadavres de migrants repêchés au large de Sfax

Cinq autres migrants qui étaient à bord de cette embarcation ont été secourus et les opérations de recherche par les gardes maritimes sont toujours en cours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un bateau, qui transportait 29 personnes et qui a coulé au large des côtes tunisiennes, en train d'être remorqué près de la ville côtière tunisienne d'Amra, le 13 octobre 2020. (HOUSSEM ZOUARI / AFP)

Vingt cadavres de migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont été repêchés jeudi 24 décembre au large de Sfax, sur la côte est de la Tunisie, après le naufrage de leur embarcation de fortune, a indiqué à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense. Cinq autres migrants qui étaient à bord de cette embarcation ont été secourus et les opérations de recherche par les gardes maritimes sont toujours en cours, a-t-il ajouté sans donner d'autres détails. 

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a indiqué de son côté que 15 corps de migrants avaient été repêchés "pour le moment" et que cinq personnes avaient été secourues. Selon lui, l'embarcation était partie de Sidi Mansour, dans la région de Sfax, pour rallier illégalement les côtes italiennes.

Près de 9 000 migrants interceptés en neuf mois

Malgré la crise sanitaire liée à la pandémie de nouveau coronavirus, le mouvement de migration clandestine depuis les pays du Maghreb, notamment la Tunisie et la Libye, vers l'Europe se poursuit, notamment vers les côtes italiennes où les migrants espèrent trouver travail et perspectives. Mi-décembre, la marine tunisienne avait sauvé 93 migrants de différentes nationalités africaines dont trois Tunisiens au large de Sfax. Entre le début de l'année et la mi-septembre, 8 581 personnes ont été interceptées alors qu'elles tentaient de rejoindre l'Europe par la mer depuis les côtes tunisiennes, selon des statistiques du ministère de l'Intérieur. Parmi elles, 2 104 étaient étrangères.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.