Tunisie : le président de l'Assemblée dénonce un coup d'État

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Tunisie : le président de l'Assemblée dénonce un coup d'État
France 2
Article rédigé par
M. De Chalvron, R. Miri, M. Anglade, J-M. Perroux - France 2
France Télévisions

Le Premier ministre tunisien a été limogé et le Parlement suspendu, dimanche 25 juillet. Le peuple exprime sa colère dans des manifestations qui s'enchaînent, une crise qui symbolise l'instabilité politique du pays.

La scène est surréaliste : un véhicule officiel est bloqué par un blindé de l'armée devant le Parlement tunisien, lundi 26 juillet. Le président de l'Assemblée, à bord de la voiture, patiente depuis de longues heures. Alors qu'il tentait de rejoindre le Parlement dans la nuit, Rached Ghannouchi s'est heurté à ce qu'il qualifie de "coup d'État". Dimanche 25, le président de la République, Kais Saied, a décidé de limoger le Premier ministre et de suspendre les activités du Parlement.

Le président de l'Assemblée fait le siège du Parlement

Parti prendre un bain de foule dans les rues de Tunis (Tunisie), le président a justifié sa décision en mettant en avant le chaos sanitaire qui frappe le pays, et la contestation qui ne cesse de monter. Le président de l'Assemblée a fait le siège du Parlement toute la journée, toujours à bord de sa voiture, entouré par quelques-uns de ses partisans. Ces derniers dénoncent un coup d'État et sont encerclés par leurs opposants dans une tension perceptible.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tunisie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.