Tunisie : Amnesty International s'inquiète pour la liberté d'expression

L'ONG souligne, dans un rapport détaillé, "qu'au moins 40 blogueurs, animateurs de pages Facebook très suivies, militants politiques ou défenseurs des droits humains ont été la cible de poursuites pénales entre 2018 et 2020" dans le pays. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des jeunes Tunisiens protestent contre le nouveau projet de loi de protection des forces de sécurité devant le Parlement à Tunis (Tunisie), le 8 octobre 2020.  (CHEDLY BEN IBRAHIM / NURPHOTO / AFP)

Amnesty International a déploré, lundi 9 novembre, les poursuites lancées en Tunisie contre 40 internautes ces deux dernières années pour de simples critiques envers les autorités, appelant Tunis à cesser de s'en prendre à la liberté d'expression sur la base de lois "obsolètes".

Dans un rapport détaillé (en anglais) cette organisation indique qu'"au moins 40 blogueurs, animateurs de pages Facebook très suivies, militants politiques ou défenseurs des droits humains ont été la cible de poursuites pénales entre 2018 et 2020 en Tunisie". 

Pour l'ONG, si "ces cas n'ont pas débouché sur une peine de prison, la convocation aux interrogatoires, les actes d'accusation et les procès eux-mêmes pour des chefs d'accusation passibles de peines de prison constituent du harcèlement et de l'intimidation à l'encontre de personnes exprimant des opinions critiques"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.