Tunisie. Un responsable salafiste jihadiste arrêté

Cette interpellation à Tunis s'ajoute à celles de 96 manifestants interpellés à la suite de l'attaque de l'ambassade américaine, le 14 septembre.

L\'ambassade américaine attaquée par des manifestants à Tunis (Tunisie), le 14 septembre 2012.
L'ambassade américaine attaquée par des manifestants à Tunis (Tunisie), le 14 septembre 2012. (FETHI BELAID / AFP)

VIOLENCES ANTI-AMERICAINES - La police tunisienne traque les jihadistes. Un responsable du mouvement salafiste Ansar al-Charia (les partisans de la charia, la loi islamique) a été arrêté dimanche 23 septembre à Tunis (Tunisie), dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de l'ambassade américaine, a annoncé lundi le ministère de l'Intérieur tunisien. Cette arrestation s'ajoute à celles de 96 manifestants interpellés à la suite de l'attaque de l'ambassade américaine, le 14 septembre, qui a fait quatre morts et des dizaines de blessés.

Depuis cette date, la police est à la recherche de dirigeants jihadistes, dont leur chef Seif Allah Ibn Hussein, alias Abou Iyadh. Ce dernier a déjà échappé plusieurs fois à la police. Après l'attaque de l'ambassade américaine, plusieurs responsables ont promis de sévir contre ces groupuscules.

Le gouvernement tunisien, dominé par les islamistes du parti Ennahda, a été accusé pendant plusieurs mois par ses détracteurs de complaisance à l'égard de la mouvance jihadiste. Le chef du parti, Rached Ghannouchi, souhaite se montrer intransigeant : "Ces gens-là représentent un danger non seulement pour Ennahda, mais aussi pour les libertés publiques dans le pays et pour sa sécurité."