Tchad : des enfants abandonnés sauvés par la danse

Publié Mis à jour
Tchad : des enfants abandonnés sauvés par la danse
France 2
Article rédigé par
F. Fougère, N. Bertrand - France 2
France Télévisions

Dans les grandes villes du Tchad, où tant d'enfants sont livrés à eux-mêmes, un danseur professionnel a choisi de transmettre sa passion. Un centre dédié forme ainsi les enfants à la danse. 

Aleva Ndavogo Jude, danseur professionnel, invite les enfants des rues à danser sur les trottoirs de N'Djaména, la capitale du Tchad. Il s'est fixé pour objectif d'aider ces jeunes abandonnés, souvent orphelins, maltraités ou rejetés par leur famille, faute de moyens. "Quand on danse, on oublie tous nos soucis, on ne pense qu'à bouger ensemble", se réjouit une jeune fille. "On les fait danser pour gagner leur confiance, pour que ces enfants puissent se confier à nous", explique Aleva Ndavogo Jude, ravi de voir "ces sourires" et "cette joie".

Un centre d'accueil pour reprendre pied

Dans la ville, plus de 3 000 enfants seraient livrés à eux-mêmes. Le danseur a créé l'association "Dakouna Espoir" pour les identifier et les prendre en charge. Un enfant de 10 ans leur confie qu'il mendie et qu'il essaie de récupérer les restes des restaurants. Au Tchad, plus de 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Pour réintégrer les enfants abandonnés, Aleva Ndavogo Jude a ouvert un centre d'accueil, dans lequel 60 jeunes, âgés de 6 à 20 ans, sont nourris et logés jusqu'à un an, le temps de reprendre pied. Tous les jours, il leur apprend à danser le coupé-décalé, le hip-hop ou encore le ndombolo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.