Soudan : le bilan de la répression du sit-in à Khartoum porté à 60 morts

Un précédent bilan faisait état de 35 morts et de plus d'une centaine de blessés dans l'assaut mené par les forces de sécurité soudanaises contre le campement.

Des barrages installés dans les rues de Karthoum (Soudan), le 4 juin 2019.
Des barrages installés dans les rues de Karthoum (Soudan), le 4 juin 2019. (ASHRAF SHAZLY / AFP)

Un bain de sang. Le bilan de la dispersion meurtrière des manifestants rassemblés devant le quartier général de l'armée soudanaise à Khartoum (Soudan) s'est alourdi à 60 morts, a déclaré mercredi 5 juin, une association de médecins affiliée au mouvement de protestation, citée par Reuters.

Un précédent bilan faisait état de 35 morts et de plus d'une centaine de blessés dans l'assaut mené par les forces de sécurité soudanaises contre le campement installé depuis des mois par des manifestants antigouvernementaux dans le centre de Khartoum, le plus grave accès de violence depuis la destitution du président Omar el-Béchir le 11 avril dernier.

Opposition déterminée

L'opposition soudanaise a appelé mardi à poursuivre une campagne de désobéissance civile pour obtenir le départ des militaires, alors que le chef du Conseil militaire de transition (CMT), qui assure l'intérim du pouvoir, a annoncé l'annulation de tous les accords conclus avec l'Alliance des Forces de la liberté et du changement, qui réunit représentants de l'opposition et de la société civile.